Info! Please note that this translation has been provided at best effort, for your convenience. The English page remains the official version.

Un premier regard sur l'environnement technique des ccTLD africains

Publié le
Print Friendly, PDF & Email

En tirant parti de plusieurs ensembles de données, nous évaluons l'état actuel de l'environnement technique des ccTLD africains au regard des meilleures pratiques. Par rapport aux 10 premiers ccTLD, les ccTLD africains semblent avoir suffisamment d'adresses IP pour maintenir la disponibilité des services tout en traitant les requêtes DNS faisant autorité. En ce qui concerne le stade précoce de IPv6 déploiement dans la région AFRINIC, il est intéressant de noter que 94% des ccTLD africains service d'assistancenent IPv6. Cela est dû à l'adoption massive du fournisseur DNS anycast hors de la région ou offshore.

La majorité (84%) du trafic africain anycast est gérée par des fondations à but non lucratif et / ou des organisations utilisant des ressources d'autres RIRtels que RIPE-NCC et ARIN. En outre, moins de 30% (16) des ccTLD africains ont signé leur zone. Dans ce groupe, la majorité utilise l'algorithme recommandé RSASHA256 (Algorithme 8) comme suggéré par BCP 14.

Curieusement, certains ccTLD africains manquent de configuration DNS de base, comme des enregistrements PTR manquants, une délégation boiteuse, la conformité EDNS et des numéros de série cohérents. Ces erreurs de configuration peuvent être facilement corrigées grâce à une surveillance cohérente ou à l'utilisation d'un logiciel de registre automatisé moderne qui comprend des contrôles internes. Dans l'ensemble, les ccTLD africains se caractérisent par l'utilisation de ressources hors région.

 


Cliquez ici pour télécharger le document de recherche

 

Ce navigateur ne prend pas en charge les PDF en ligne. Veuillez télécharger le PDF pour le visualiser: Télécharger le PDF

 

 

Dernière modification le -
Date et heure à Maurice -