Info! Please note that this translation has been provided at best effort, for your convenience. The English page remains the official version.

AFRINIC-33 | Réunion de politique publique

Print Friendly, PDF & Email

 

 

1) Ordre du jour

  1. introduction et aperçu de l'agenda
  2. Le PDP d'AFRINIC et l'élaboration d'un consensus
  3. Mise à jour de la politique des autres RIRs
  4. Rapport d'expérience sur l'impleméntation des politiques
  5. Proposition n°1 : Mise à jour de la politique Abuse Contact Policy Update
  6. Proposition n°2 : General Abuse Contact
  7. Proposition n° 3 : RPKI ROAs for Unallocated and Unassigned AFRINIC Address Space
  8. AFRINIC-34 Propositions de politiques concurrentes :
    1. Mise à jour PDP simple pour le nouveau «Normal»
    2. Processus d'élection des présidents
    3. Lignes directrices et procédures du groupe de travail PDP (GT)
    4. Discussion ouverte avec le PDWG sur la voie à suivre
  9. Ouvrir le microphone sur le PPM

 

2) Bienvenue, introduction et aperçu de l'ordre du jour

Les délégués ont été accueillis à la réunion (par Vincent Ngundi, président du PDWG). L'ordre du jour a été présenté et il n'y a eu aucune demande de modification.

L'ordre du jour est le suivant :

  • 10h10 - 10h15 Accueil, introduction et aperçu de l'ordre du jour
  • 10h15 - 10h35 Le PDP d'AFRINIC et comment déterminer un consensus
  • 10:35 - 10:47 Mise à jour de la politique d'autres RIRs:
    • ARIN (vidéo à lire)
    • RIPE NCC (vidéo à lire)
    • LACNIC
  • 10h50 - 11h00 Rapport d'expérience de mise en œuvre des politiques
  • 11h00 - 11h10 Questions et réponses
  • 11h10 - 12h00 Proposition n°1 : Abuse Contact Policy Update
  • 12h00 - 12h10 PAUSE CAFÉ
  • 12h10 - 13h00 Proposition #2 : General Abuse Contact
  • 13h00 Discours de clôture du jour 1

 

3) Le PDP AFRINIC et la construction d'un consensus

Darwin Da Costa, président du PDWG, a indiqué qu'en tant que participant à ce PPM d'AFRINIC, les délégués doivent adhérer au code de conduite d'AFRINIC en étant professionnels, respectueux à tout moment dans le meilleur intérêt de la communauté. Il décourage également le comportement suivant pendant le même ; (harcèlement, intimidation et comportement offensant). Avant sa présentation, Darwin a tout d'abord commenté la ligne directrice pour participer à ce PPM d'AFRINIC, puis a expliqué le processus d'élaboration de politiques d'AFRINIC sur la base de ces points clés :

  • Définition des politiques de ressources de numéros Internet AFRINIC
  • Comment le groupe de travail sur l'élaboration des politiques (PDWG) est coordonné
  • Les rôles des coprésidents du PDP
  • Le processus d'élaboration des politiques (PDP)
  • Les principes du PDP

Darwin Da Costa est également passé par le processus simplifié du PDP. Il a également exhorté la communauté à se référer au Manuel des politiques consolidées (CPM) d'AFRINIC et a souligné que le manuel est mis à jour une fois que les nouvelles politiques sont ratifiées et mises en œuvre.

Vincent Ngundi a ensuite présenté sur 'Etablir et déterminer un consensus'. Suite aux défis relevés au sein du groupe de travail sur l'élaboration des politiques en ce qui concerne « Construire et déterminer un consensus » et les discussions qui se déroulent sur la liste de diffusion RPD, les coprésidents ont estimé qu'il est important d'avoir un aperçu de « Construire et déterminer un consensus ». Référence a été faite au Manuel de politique consolidé d'AFRINIC
(CPM), plus précisément, la section 3.0 qui met en évidence l'objectif du PDP, et la section 3.4.2 du CMP qui stipule que les présidents déterminent si un consensus a été atteint lors de la réunion de politique publique.

Vincent Ngundi a souligné le rôle des coprésidents dans la construction et la détermination du consensus. Il a souligné les points suivants :

  • RFC 7282 qui fournit un guide pour construire et déterminer un consensus, développé pour l'IETF qui est un environnement similaire au nôtre
  • Modération des discussions du DPP - le rôle des coprésidents est défini comme 1) identifier les objections et les questions litigieuses et, deuxièmement, suivre les questions ouvertes qui n'ont pas encore été traitées par le ou les auteurs et les participants
  • Les rôles et l'orientation des coprésidents dans l'établissement d'un consensus : 1) diriger le groupe de travail vers les domaines litigieux, qui ont été identifiés au cours du processus de modération 2) encourager les participants à se concentrer et à rechercher un consensus sur les domaines litigieux 3) pour déterminer si l'évaluation de l'impact sur le personnel soulève ou traite les questions litigieuses.

 

Vincent Ngundi a développé davantage sur « Déterminer le consensus ». Les éléments clés étaient les suivants :

  • La détermination du consensus est un processus qui commence dès qu'une politique est proposée.
  • L'objectif est de toujours viser un consensus approximatif, sinon un consensus
  • Un consensus approximatif n'est pas construit/déterminé par un mécanisme de VOTE
  • Plutôt en veillant à ce que toutes les objections/préoccupations soient traitées de manière adéquate
  • Rechercher/rechercher un consensus tout au long du processus (pour chaque question litigieuse)
  • Aucun mécanisme de VOTE n'a été appliqué à aucun moment (pour éviter le « bourrage des voix »)
  • 100 personnes pour et 5 personnes contre pourraient ne pas être un « consensus approximatif ». Si une minorité de participants a une objection valable, cette objection doit être traitée avant qu'un consensus approximatif puisse être déclaré
  • 5 personnes pour et 100 personnes contre pourraient encore être un consensus approximatif, tant qu'il n'y a pas d'objections valables qui n'ont pas été abordées.

 

4) Mise à jour de la politique d'autres RIRs

Sean Hopkins, l'analyste principal des politiques chez ARIN, a mentionné que : -

  • 2 politiques (2020-7 et 2020-8) sont en attente d'examen par le conseil d'administration. Ils ont déjà traversé la majeure partie du PDP.
  • 3 draft les politiques sont en cours de discussion - AC les a guidés jusqu'au point où ils sont prêts pour la discussion communautaire et reçoivent des commentaires de la communauté.
  • 3 éléments sont classés comme des modifications rédactionnelles en cours de discussion et n'ont pas d'impact substantiel sur les politiques.

Angela Dall'ara, responsable des politiques au RIPE NCC, a présenté un bref aperçu des sujets abordés dans la communauté RIPE. Les faits saillants sont les suivants : -

Les discussions du RIPE sur les propositions politiques sont ouvertes à tous. Ils se tiennent principalement sur les listes de diffusion de différents groupes de travail, dédiés à des sujets précis. Même si les points de vue peuvent être échangés lors des sessions du groupe de travail lors des réunions du RIPE, le consensus est déterminé par les présidents sur la base des discussions sur la liste de diffusion.

Actuellement, aucune proposition de politique n'est en cours de discussion. Dans le groupe de travail sur la politique d'adressage a annoncé son intention d'entreprendre un examen systématique des documents de politique d'adressage ;

Le groupe de travail sur la base de données RIPE a demandé des commentaires pour déterminer s'il existe un consensus sur plusieurs éléments de travail numérotés, dont certains sont l'introduction possible d'un nouvel attribut Geo feed, l'option permettant l'enregistrement de plusieurs objets inet(6)nums avec un statut différent dans la même plage d'adresses et service NRTM

Le groupe de travail anti-abus a demandé si la communauté avait des commentaires sur la validation des contacts d'abus.

Tous les enregistrements des sessions sont disponibles en ligne.

La discussion sur ces sujets et d'autres se poursuivra bien entendu dans les listes de diffusion concernées.

Le groupe de travail RIPE est composé d'équipes dédiées travaillant sur des rapports de recommandations susceptibles de modifier les politiques dans un proche avenir.

L'équipe de RIPE examine actuellement le PDP, la documentation entre le RIPE NCC et le RIPE ainsi que la vision et l'objectif du RIPE NCC.

Pour la région LACNIC, 11 propositions au total sont actuellement en cours de traitement. Ils ont huit propositions de politique qui sont au stade de la discussion initiale. Le consensus est en cours d'évaluation sur trois autres propositions notamment :

  1. l'analyse d'impact est obligatoire ;
  2. destinataires autorisés des blocs délégués à signer des ROA,
  3. Modifier les sections « 2.3.2.19 et 4.3 Inclusion de l'origine ASN in WHOIS réponses lorsqu'elles sont disponibles"

Le forum politique LACNIC 35 a eu lieu il y a quelques semaines, neuf propositions ont été présentées. Cette fois, le Forum des politiques publiques s'est déroulé sur deux jours et les participants ont eu la possibilité d'utiliser leurs microphones dans le cadre des améliorations mises en œuvre pour l'environnement de réunion en ligne.

 

5) Rapport d'expérience de mise en œuvre des politiques

URL de présentation- https://static.sched.com/hosted_files/ais21/e7/PIER-AIS21.pdf

Dev Jeenia, personnel d'AFRINIC, a présenté le rapport sur l'expérience de mise en œuvre des politiques (PIER).

Il a mentionné que le but du PIER est de fournir des commentaires aux membres et à la communauté concernant les politiques récemment mises en œuvre et les expériences rencontrées par les maîtres d'hôtes lors du traitement des demandes régies par les politiques actuellement mises en œuvre.

Il a annoncé que les politiques suivantes sont mises en œuvre : -

  • Réglage du Adjusting IPv6 PA Policy - AFPUB-2019-IPv6-002-DRAFT01 et incorporé dans le Manuel des politiques consolidé (version 1.6).
  • IPv6 Clarification PI - AFPUB-2019-V6-001-DRAFT02 - Les préfixes qui ne sont pas destinés à être annoncés, tels que les préfixes de peering IXP, sont exemptés des contrôles d'annonce.
  • Délégations boiteuses dans AFRINIC Reverse DNS - 3 notifications sont envoyées aux contacts enregistrés et les serveurs de noms boiteux sont supprimés après 30 jours. Il a également présenté les statistiques sur le nombre de délégations boiteuses. Ils ont considérablement baissé.
  • Les expériences vécues par les Hostmasters concernaient principalement les abus et étaient les suivantes : -
  • L'article 8 du CPM mentionne une clause non impérative concernant l'abus de coordonnées.
  • 40 objets IRT existent dans la base de données AFRINIC et très peu de membres ont effectivement publié leurs informations sur les abus
  • Cela a conduit AFRINIC à recevoir des plaintes de contact pour abus manquants concernant la plupart de ses membres.
  • Les opérateurs de liste de blocage ont soumis une demande d'accès en masse pour récupérer les informations de contact. Cependant, les données ne contiennent pas d'informations de contact. Nous n'avons pas encore mis de côté leur demande mais d'un autre côté, il serait préférable d'avoir une politique qui impose l'utilisation des contacts abusés et de publier les contacts abusés.

 

6) Questions et réponses

Les points saillants de la session de questions-réponses sont les suivants : -

  1. En réponse à une question de savoir si les discussions sur la liste sont prises en compte dans la détermination du consensus, Vincent Ngundi, président du PDWG, a indiqué que seules les objections, préoccupations ou commentaires valables sur la liste de diffusion sont pris en compte.
  2. En ce qui concerne le commentaire selon lequel le comité d'appel ignore la liste des discussions qui, à son avis, est contraire au PDP 3.4.2 du CPM, cette requête devrait être traitée par le comité d'appel. Aucune réponse n'a été reçue d'un représentant du comité d'appel s'il était présent à la réunion.
  3. En réponse à la question sur les résultats de l'appel concernant les présidents du PDWG. Vincent Ngundi a répondu que cela devrait être traité soit par le comité d'appel, soit par le Conseil. Madhvi du Secrétariat d'AFRINIC a affirmé qu'il n'y avait pas encore de résultats.
  4. Un participant a posé une question sur la baisse soudaine des plaintes pour abus en août 2020. James Chirwa des Services aux membres AFRINIC a répondu que la baisse soudaine est attribuée aux adresses IP qui ont été récupérées l'année dernière.
  5. En réponse à la question de savoir si les rapports manquants pour les deux propositions qui ont atteint un consensus - selon les précédents présidents du PDWG - ont été envoyés au Conseil, Vincent Ngundi a mentionné que les coprésidents n'avaient jamais reçu les rapports préparés par les coprésidents précédents. Par conséquent, ils compileront les rapports sur la base de la discussion sur le RPD et les minutes enregistrées pour le dernier PPM où un consensus a été atteint et également le dernier appel. Il a également mentionné que cela devrait être disponible d'ici la fin juin. Il a souligné que l'objectif principal des coprésidents jusqu'à présent a été de s'assurer qu'ils sont correctement préparés pour la PPM.
  6. Il y a eu une demande de clarification sur 3 points qui ont été partagés lors de la présentation faite par Darwin Da Costa sur le processus PDP, à savoir 1) qu'est-ce que cela signifie par « tout le monde » peut participer ? Cela signifie-t-il que n'importe qui peut venir perturber ou y a-t-il des exigences pour que les gens participent parce que cette ouverture peut créer un abus ? 2) Qu'entend-on par répartition « équitable » des ressources ? 3) ce qui est considéré comme des « objections valides » puisque ce que l'on peut considérer comme des objections valides peut ne pas être le même pour quelqu'un d'autre. Il mentionne qu'il n'exige pas des coprésidents qu'ils répondent immédiatement à ces questions, mais qu'ils examinent ces points au fur et à mesure que nous avançons. Les coprésidents ont répondu qu'ils avaient pris note de ces commentaires.

Après les séances de questions-réponses, le président du PDWG, Vincent Ngundi, a présenté les 3 Draft Propositions de politiques qui seront discutées lors de l'AFRINIC-33 PPM, à savoir :

  • Proposition n°1 : Mise à jour de la politique Abuse Contact Policy Update
  • Proposition n°2 : General Abuse Contact
  • Proposition n° 3 : RPKI ROAs for Unallocated and Unassigned AFRINIC Address Space

Il a en outre donné un aperçu de la manière dont la discussion sera menée pour chaque proposition et a encouragé les participants à respecter le calendrier présenté.

 

7) Proposition n° 1 : Mise à jour de la politique de contact en cas d'abus

ID - AFPUB-2018-GEN-001-DRAFT07

 

7.1) Présentation du DPP et du flux de discussion par le président du PDWG

Vincent Ngundi a annoncé la proposition qui sera discutée et a donné un aperçu du flux de la discussion.

 

7.2) Résumé des présidents du PDWG

Vincent Ngundi a mentionné qu'il y a eu des discussions en cours sur la SPR concernant cette draft proposition de politique depuis la réunion AFRINIC-32 en 2020, et a donc conduit à l'examen de la proposition par les auteurs et, par conséquent, ils ont proposé la version 7 du draft proposition de politique. Il a en outre souligné qu'à ce jour, il n'y avait pas eu d'autres discussions sur la version 7 du draft proposition de politique.

Selon les présidents du PDWG, les principales préoccupations à ce sujet draft la proposition de politique est la suivante :

  1. La proposition demande à AFRINIC de gérer la ligne d'objet de la boîte aux lettres.
  2. Cette préoccupation a été abordée par l'auteur et certains membres du Groupe de travail. La réponse à cette préoccupation était que la proposition demande à AFRINIC d'implémenter un attribut abuse-c, et la boîte aux lettres ne devrait pas être filtrée pour ne recevoir que d'AFRINIC ou d'un sujet spécifique. Deuxièmement, la boîte aux lettres doit être validée périodiquement.
  3. Proposition redondante - Les membres devraient déjà avoir un contact abusif ou une alternative s'ils en avaient vraiment besoin. Vincent Ngundi a mentionné que cette question est toujours en suspens et peut être abordée par l'auteur lors de la réunion.
  4. RIRs n'ont pas la capacité de définir ce qu'est un « abus », un abus ou même une activité criminelle pourrait être entièrement une opération légale dans différentes juridictions et deuxièmement, la proposition n'inclut pas de définition d'« abus ». Cette préoccupation a été abordée et il a été souligné que RIRs n'ont pas besoin de définir « abus », ils ont seulement besoin de publier les contacts qui seront utilisés pour signaler les cas d'« abus ». Il a en outre été déclaré que la RFC2142 comprend une définition de « abus ».
  5. Faire en sorte qu'un membre réponde avec force à des e-mails de contact abusifs est un gaspillage de ressources et totalement inutile. Il appartient entièrement au membre de définir ce qu'il pense être acceptable dans son réseau. Cette préoccupation a été traitée. Premièrement, AFRINIC paie le coût du traitement des abus et deuxièmement, le personnel d'AFRINIC traite les plaintes d'abus concernant les adresses IP qui ont déjà été déléguées aux membres d'AFRINIC.
  6. AFRINIC n'a aucun mandat pour forcer un membre à répondre à un « abus » car AFRINIC n'a même pas la capacité d'identifier ce qui est considéré comme un « abus ». Cette préoccupation a été résolue. Il a été déclaré que cette proposition charge l'AFRINIC de publier les contacts valides et fonctionnels des abus de ses membres auxquels elle a ou déléguera des ressources.
  7. Une autre préoccupation est que ce ne sera qu'un gaspillage de ressources car il en coûtera plus cher de faire travailler ou mettre en œuvre cette politique inutilement. Ce problème a été résolu car AFRINIC paie le coût de la gestion des abus et suite à l'évaluation du personnel de la version 7 de la proposition de politique, aucune préoccupation n'a été soulevée concernant le personnel supplémentaire.
  8. La répression des abus est hors de portée de RIRs. Cette préoccupation a été traitée. La proposition impose l'existence d'un contact d'abus valide.
  9. La politique est susceptible d'apporter des complications, des malentendus et/ou des problèmes parmi les membres ressources d'AFRINIC en ce qui concerne l'utilisation des ressources Internet. Deuxièmement, il n'est pas nécessaire de le rendre obligatoire car cela entraînerait d'autres complications imprévues et évitables. Il s'agit d'une objection vague et peu claire, car les préoccupations soulevées ne peuvent être vérifiées.
  10. AFRINIC n'a que le mandat de gérer l'enregistrement des numéros IP, elle n'a pas la capacité ou le mandat de gérer les réseaux. Les réseaux ont déjà montré un besoin technique au cours du processus de candidature et fait l'enregistrement correct de leurs numéros, et ils le font avec AFRINIC à partir de ce moment. La façon dont ils gèrent un réseau est totalement hors de la portée d'AFRINIC. Cette préoccupation a été résolue puisque les membres sont tenus de se conformer aux politiques ainsi qu'au RSA, qui stipule que les candidats doivent fournir et garantir que des informations de contact exactes sont stockées dans les bases de données AFRINIC.
  11. Proposition redondante. Les membres devraient déjà avoir un contact abusif ou une alternative s'ils en avaient vraiment besoin. Vincent Ngundi a souligné que cette préoccupation est en suspens et laissera à l'auteur le soin d'aborder cette question lors de sa présentation. Vincent Ngundi a donné la parole à l'Auteur, à savoir Jordi Palet Martínez pour la présentation du Draft Proposition de politique.

 

7.3) Présentation de l'auteur de DPP

Jordi Palet Martinez a procédé à sa présentation.

L'auteur a commencé par expliquer les préoccupations soulevées et comment cela a été traité.

  1. La politique actuelle n'oblige pas les membres à enregistrer un contact abusif. Il a souligné que la proposition en elle-même répond à cette préoccupation puisque la politique n'implique pas l'obligation d'enregistrer un contact abusif.
  2. Sur la base de ce que le personnel d'AFRINIC a communiqué, l'auteur a souligné qu'il n'y a qu'environ 20 membres qui ont partagé des contacts connus sous le nom de contact abusif. De plus, aucune vérification n'est effectuée pour s'assurer que ces contacts sont valides.
  3. En outre, il a mentionné les rapports suivants du personnel d'AFRINIC, les dossiers de 2017 montrent le nombre de plaintes d'abus liées aux membres d'AFRINIC et cela coûte de l'argent à AFRINIC.
  4. Il existe une référence au « Best Practice Paper », qui n'est pas considéré comme obligatoire et, en fait, n'est pas réellement utilisé par la communauté.
  5. L'auteur a mentionné d'autres RIRs tels que LACNIC et APNIC qui suivent en fait la même proposition de politique mais avec quelques changements mineurs car ils ont approuvé cette politique avant AFRINIC.
  6.  En réponse à la question sur la nécessité de supprimer les données dans l'IRT existant, l'auteur a déclaré que cela n'était pas nécessaire car il n'y a qu'environ 20 membres enregistrant leur IRT et dans tous les cas, il peut être dupliqué.

 

L'auteur a souligné que cette proposition essaie seulement de rendre l'abus-c obligatoire. Tout membre peut être contacté en cas d'abus. La proposition ne définit pas ce qu'est un « abus ». La proposition vise à permettre de contacter tout membre en cas de cas présumés d'abus. L'auteur a ensuite présenté les changements proposés dans le texte de la politique à partir de la proposition existante et de sa recommandation.

8.7 Démarrage lent et suivi des progrès ont été introduits dans cette version de la proposition en réponse à l'explication donnée dans l'analyse d'impact. Il n'y a pas de période de mise en œuvre obligatoire, par conséquent, AFRINIC peut modifier la période en fonction de ce qu'elle peut investir dans la mise en œuvre de cette proposition et de l'approbation de tous les membres.


En raison de contraintes de temps, l'auteur n'a pas pu fournir d'informations supplémentaires et est passé directement à l'analyse d'impact.

 

Réponse à l'analyse d'impact

L'auteur a déclaré qu'il n'y avait rien en attente de clarification supplémentaire sur la base de la dernière version de l'analyse d'impact.

 

7.4) Évaluation de l'impact sur le personnel

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/39/AIS21-AF33-Proposals-Impact-Assessment.pdf 

Madhvi Gokool du secrétariat d'AFRINIC a présenté l'évaluation d'impact de la proposition. Elle a déclaré que les points suivants découlent de l'interprétation et de la compréhension par le personnel de la version 7 de la proposition :

 

1) La proposition demande à AFRINIC de mettre en œuvre une boîte aux lettres de contact d'abus appropriée sous la multi-validation AFRINIC.

2) L'impact sur les fonctions du Registre sera le suivant :

  • Si cette politique proposée parvient à un consensus, une amélioration de l'exactitude et de l'actualité des données du registre est attendue, car les attributs « abuse-mailbox : » devraient être à jour et corrects. Cela réduira également le nombre d'e-mails d'abus qui sont actuellement dirigés vers les files d'attente AFRINIC en raison du manque de contacts d'abus.
  • Les procédures MS nécessiteront des mises à jour comme suit : - Une nouvelle procédure/sous-processus à développer pour la validation de l'abus-c/abuse-mailbox. 

3) WHOIS

  • L'abus-c doit être un objet de personne / rôle sur le WHOIS base de données. abuse-mailbox est déjà un attribut de l'objet personne/rôle.
  • L'attribut abuse-c doit être ajouté sur le WHOIS base de données en tant qu'attribut des objets inetnum, inet6num et aut-num
  • Objet IRT obsolète
  • Supprimez les attributs mnt-irt des objets inetnum, inet6num et aut-num.
  • Ajoutez des règles de validation pour forcer abuse-mailbox sur les objets personne et rôle qui sont référencés via l'attribut abuse-c.
  • A WHOIS requête de l'inetnum, inet6num et aut-num doit fournir le contact d'abus dans la réponse.

4) MyAFRINIC

  1. Un codage sera nécessaire pour assurer la création / les mises à jour / l'importation des contacts d'abus
  2. Les contacts d'abus ne doivent pas avoir d'identifiants de connexion sur MyAFRINIC à moins qu'il ne soit également utilisé dans un autre rôle et qu'il soit donc maintenu par des contacts administratifs/techniques
  3. Mise à jour des règles métier d'émission/mise à jour des ressources pour rendre abuse-c obligatoire pour tous
  4. Mises à jour des formulaires de sous-allocation et d'affectation avec des règles métier autour de l'abus-c
  5. Un outil pour valider les boîtes aux lettres tel que mandaté par cette proposition de politique devra être mis en œuvre et les contacts abusifs signalés comme valides/invalides
  6. Un outil permettant aux membres de mettre en œuvre l'abus-c sera développé 

5) Aucun impact financier

6) Impact juridique - Si cette politique parvient à un consensus, le non-respect de cette politique par un membre d'AFRINIC sera considéré comme une violation de la clause RSA et le membre sera encouragé à remédier à la violation. Le non-respect persistant peut entraîner la révocation du RSA conformément à la clause 

7) Mise en œuvre - AFRINIC mettra à jour ses whois initiatives de précision de la base de données avec ses membres avec l'adoption des contacts abusifs. Compte tenu de l'approche par étapes à laquelle l'auteur a fait référence, la politique sera mise en œuvre selon une approche par étapes et la communauté sera informée des progrès.

 

7.5) Discussion ouverte au microphone sur la proposition

La discussion ouverte au micro sur la proposition a duré 20 minutes. Ils se résument comme suit :

A. Elvis - représentant individuel - souhaitait préciser que le terme « abus » peut être différent selon le pays où la personne vit ou travaille. Quelle est l'essence de cette politique si AFRINIC ne peut pas définir ce qui est considéré comme « abus ». À cela, l'auteur a répondu en disant qu'à partir des discussions précédentes, la question de savoir si AFRINIC peut définir ce qu'est l'abus a été abordée. La politique est inchangée à cet égard, par exemple pour un pays, l'envoi de spam est considéré comme un « abus », alors que pour un autre pays, le FAI peut décider qu'il ne peut pas interdire aux clients d'envoyer du SPAM. De plus en plus de pays et de FAI doivent devenir responsables de telles décisions, mais la politique ne va pas définir cela.

B. Meriam - La propriété intellectuelle d'atterrissage en douceur est-elle utilisée en dehors de la région et comment AFRINIC se positionne-t-elle dans la gestion de cela ? La deuxième question est la suivante : AFRINIC récupère-t-elle gratuitement les IP au lieu d'utiliser leur valeur commerciale. Les coprésidents sont intervenus en déclarant que ces questions ne se rapportent pas à la proposition.

C. Frank du point d'échange Internet de Tanzanie a partagé son service d'assistance à la proposition et que la dernière présentation d'AFRINIC soulignant que les adresses IP qui ne sont plus utilisées sont en train d'être récupérées.

D. Anthony a déclaré qu'étant donné que la portée de l'abus n'est pas définie, le délai imparti pour répondre aux abus pourrait être trop serré pour les personnes ainsi que pour AFRINIC, et deuxièmement, ces délais mettent beaucoup plus de responsabilité sur les personnes et AFRINIC. En réponse à ces questions, l'auteur Jordi a précisé que les périodes qu'il a mentionnées sont pour la validation et non pour la réponse à un rapport d'abus. Il a également mentionné que la différence entre la version 6 et la version 7 est qu'AFRINIC peut opter pour une mise en œuvre progressive. Par conséquent, si 15 jours ne suffisent pas pour confirmer la boîte aux lettres d'abus, alors AFRINIC peut changer et signaler à la communauté. 

Vincent Ngundi a lu les commentaires dans la section Q&R de l'outil de conférence :

E. Prof Nii Quaynor a déclaré qu'un contact d'abus obligatoire est nécessaire pour un Internet plus sûr, en fait, nous avons la responsabilité envers l'Internet africain que nous nous engageons en outre à ce que les rapports d'abus soient traités dès que possible.

F. Noah Maina a écrit que nous devons être responsables, et c'est l'une de ces politiques qui contribuera à la sécurité d'Internet et à un Internet plus sûr. 

Les autres commentaires au micro ouvert sont les suivants : -

G. Patrick Okui - un membre de la communauté Internet - a commenté en faveur de la politique et des ajustements effectués par Jordi pour s'assurer que le personnel d'AFRINIC puisse revenir dans la communauté s'il ajuste les délais.

Questions du Q&R

H. Taiwo a déclaré que puisque la RSA est obligatoire et que les contacts abusifs sont déclarés, pourquoi la politique est-elle une nécessité ? En réponse à cela, Jordi a mentionné qu'il ne pense pas que la RSA parle de contact abusif, et c'est la raison pour laquelle nous avons besoin de cette politique.

I. Anthony - cela implique-t-il que les titulaires de réseaux doivent fournir à AFRINIC leurs données confidentielles même s'ils ont déjà fait état de besoins techniques lors du processus de candidature et ont correctement enregistré leurs numéros ? L'auteur Jordi a déclaré qu'il ne s'agit pas de données confidentielles car ce sont des données qui sont déjà dans le WHOIS et peut être le même que le contact technique dont le but est de s'assurer qu'il existe une boîte aux lettres d'abus spécifique.

Retour au micro ouvert

J. Alain Aina - parlant pour lui-même - a déclaré qu'il avait entendu dire que la mise en œuvre de cette politique serait une surcharge pour le personnel d'AFRINIC et que le personnel ne l'a jamais dit et a clairement déclaré que cela est réalisable. Le deuxième point étant dit, c'est que cela dépasse le cadre d'AFRINIC. AFRINIC a la responsabilité de distribuer les numéros, et cette communauté a également le mandat de discuter et d'adopter une politique et il aimerait entendre du personnel et du conseil d'administration que ce qui est fait ici est dans la portée.

Jordi a répondu au commentaire d'Alain en disant qu'en effet l'analyse d'impact a confirmé qu'il n'y a pas d'implications juridiques ou financières.

De plus, Jordi a demandé aux coprésidents s'il avait correctement abordé la question de la proposition redondante et que la proposition proprement dite n'est qu'une recommandation et qu'il ne s'agit pas d'une proposition redondante.

Vincent Ngundi a lu un commentaire de Mark Elkins qui a mentionné que "on supposerait qu'une adresse d'abus serait utilisée, qui est ensuite gérée localement par le FAI". Jordi a répondu en disant que ce commentaire fait référence à des informations confidentielles et que cela ne s'applique pas car vous n'avez pas à indiquer le nom d'une personne, et vous pouvez avoir une équipe de personnes ou une liste de diffusion interne. Vincent Ngundi a en outre souligné qu'il s'agit également d'une recommandation de la RFC2142 et qu'elle fait également allusion aux commentaires de Mark Elkins.

 

7.6) Décision du président du PWDG

Après délibération, les coprésidents du PDWG ont pris la décision suivante :

« Après avoir examiné les discussions dans la liste de diffusion RPD et le PPM actuel, et les auteurs ont répondu aux préoccupations soulevées par le PDWG, les coprésidents ont déterminé qu'un consensus approximatif a été atteint. 

Le draft la proposition de politique passe donc au dernier appel. La communauté peut s'engager davantage à ce sujet pendant la période du dernier appel.

 

8) Proposition n°2 : Politique générale de contact en cas d'abus

ID - AFPUB-2020-GEN-005-DRAFT01

 

8.1) Président du PDWG Introduction du DPP et flux de discussion

Le coprésident Darwin Da Costa a annoncé la proposition qui sera discutée et a procédé à un aperçu du flux de la discussion et a cédé le micro à l'un des auteurs pour la présentation du Draft Proposition de politique.

 

8.2) Présentation de l'auteur du Draft Proposition de politique

La politique générale de contact en cas d'abus (Draft -1) a été présenté par Widjane Goubi.

  • Il a été souligné que la politique actuelle présente une multitude de lacunes et que ces problèmes sont donc traités par cette proposition. Vous trouverez ci-dessous une liste des limitations actuelles de la politique :
  • Il n'améliore pas la précision des données dans le WHOIS base de données et la conformité pour ce qui concerne la résolution des problèmes.
  • Il ne prend pas en charge les membres utilisant activement l'objet pour déclarer des informations de contact d'abus.
  • Cela ne diminue pas le nombre d'e-mails d'abus qui sont dirigés vers les tickets AFRINIC, ce qui signifie que le fonctionnement n'est pas fluide.
  • La section 8 n'offre pas de méthode valide sur la façon d'héberger des rapports sur des objets non fonctionnels et non spécifiques.
  • Le concept principal est qu'il est inefficace de traiter l'abus-c séparément des autres contacts obligatoires, admin -c ou tech -c
  • L'auteur a expliqué plus en détail les objectifs de cette proposition :
    • Supprimer entièrement la section 8.X. car il donne surtout à AFRINIC un rôle de contrôle qui est hors de sa portée
    • Inclure abuse-c dans le cadre de whois inscription en l'ajoutant sous la section 7.5.1 "Inscription des personnes de contact" qui couvre déjà l'autre contact obligatoire - admin-c ou tech-c
    • Cet ajout permettra au système de revenir aux erreurs si quelqu'un crée un objet sans l'attribut contact obligatoire, ce qui signifie que si quelque chose ne va pas (création d'un objet sans l'attribut contact obligatoire) alors que les membres signalent un abus, le système renverra une erreur informer l'utilisateur.
    • Si la politique a des exigences de paramètres spécifiques, le système signalera également une erreur si elles ne sont pas correctes.
  • L'auteur a présenté les avantages de cette politique :
    • AFRINIC a clairement besoin de mettre en œuvre une nouvelle méthode pour détecter les objets non spécifiques, dans le but de diminuer le nombre d'e-mails d'abus reçus.
    • Il permet à la communauté d'atteindre la bonne personne et de résoudre le problème facilement et rapidement.
    • Du point de vue du personnel, ce nouvel ajout peut réduire la charge de travail et assurer une répartition efficace des tâches, de sorte que chaque contact désigné puisse fournir la meilleure assistance à la communauté.
  • L'auteur a en outre expliqué qu'AFRINIC sera en mesure de mieux surveiller l'exactitude de tout objet créé et que tous les membres devront incorporer un attribut de contact obligatoire à tout objet, ce qui permettra aux membres de gagner beaucoup de temps pour signaler/soumettre une plainte dans cas d'abus, de violation ou de toute autre question connexe.
  • L'auteur a décrit le processus comme suit :
    1. Le contact abuse ("abuse -c") doit être une personne capable de gérer les problèmes d'abus sur le réseau, et il appartient au réseau de communiquer entre eux sur les problèmes d'abus.
    2. Un abus -c, admin -c et tech -c devraient tous être disponibles dans la section « Inscription des personnes de contact », afin d'obtenir une certaine diversification pour les entités soumettant des plaintes d'abus.
    3. L'objectif principal ici est de fournir autant de canaux que possible à la communauté pour résoudre leurs problèmes de la manière la plus efficace/actuelle.

 

8.3) Évaluation de l'impact sur le personnel

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/39/AIS21-AF33-Proposals-Impact-Assessment.pdf 

Madhvi Gokool du Secrétariat d'AFRINIC a présenté l'évaluation de l'impact de la proposition sur le personnel. Elle a mentionné l'interprétation et la compréhension de la proposition par le personnel comme suit :

  • ● La proposition demande à AFRINIC de mettre en œuvre un contact abuse-c - similaire aux admin-c et tech-c existants - pour les numéros de système autonome. Il est entendu que cette proposition traite de la section 7.5 du CMP
  • ● Madhvi a en outre souligné les points qui nécessitent des demandes de clarification de la part des auteurs comme suit :
    1. 1) Auteur, pour clarifier si la suppression de la section 8 du CPM implique que l'objet IRT doit être déprécié de l'AFRINIC whois base de données?
    2. 2) La proposition telle que formulée ne garantira pas que inet(6)nums ne contiendra pas d'abus-c. L'auteur doit préciser si c'est ce que la proposition vise à atteindre.
    3. 3) La proposition telle qu'elle est rédigée contient des déclarations qui ne sont pas compréhensibles et peuvent facilement conduire à des interprétations erronées et à des problèmes de mise en œuvre, comme suit : « La section 8.X n'offre pas de méthode valide sur la façon d'héberger des rapports sur des objets non fonctionnels et non spécifiques ». , "Cet ajout permettra au système de revenir aux erreurs si quelqu'un crée un objet sans l'attribut de contact obligatoire, ce qui signifie que si quelque chose ne va pas (création d'un objet sans l'attribut de contact obligatoire) pendant que les membres signalent un abus, le système retournera une erreur pour informer l'utilisateur. Si la politique a des exigences de paramètres spécifiques, le système signalera également une erreur si elles ne sont pas correctes." , "Le contact d'abus ("abuse-c") doit être une personne qui peut gérer les problèmes d'abus sur le réseau, et c'est au réseau de communiquer entre eux sur les problèmes d'abus.
    4. 4) Les auteurs ont mentionné que « La politique actuelle n'améliore pas l'exactitude des données dans le WHOIS base de données et la conformité pour ce qui concerne la résolution des problèmes. WHOIS base de données et conformité pour ce qui concerne la résolution des problèmes ?
    5. 5) Un aut-num peut-il avoir plus d'un contact abuse-c ? Cette clarification est nécessaire dans le but de déterminer si l'abus-c sur un objet aut-num sera : abuse-c : [obligatoire] [multiple] [inverse key] OU abuse-c : [single] [multiple] [inverse clé]
  • L'impact est en outre décrit comme suit :
    • Des examens du processus seront nécessaires pour s'assurer que les informations sur les abus-c sont reçues pour le ASNs. Un plan de migration approprié pour les membres utilisant actuellement l'IRT au cas où les auteurs déclarent que la suppression de la proposition de l'article 8 implique la dépréciation de l'IRT.
    • Système WHOIS: Un nouvel attribut obligatoire abuse-c sera requis pour les objets aut-num. Abandon progressif des objets IRT - sous réserve de clarifications reçues des auteurs
    • Systèmes - MyAFRINIC: Mises à jour du codage pour ajouter l'abus-c au ASN document
  • L'impact sur les détenteurs de ressources serait que les 1738 membres des ressources qui ont ASNs qui leur sont délégués @mai 2021 seront invités à se conformer à cette politique en fournissant leur contact abuse-c et les nouveaux membres seront tenus de fournir leur abuse-c au moment de la demande d'adhésion
  • Pas d'impact financier pour cette proposition
  • Impact juridique : L'équipe juridique conseille sur la nécessité de se conformer à la loi sur la protection des données (DPA) dans le cas où les données personnelles de l'abus-c sont destinées à être publiées sur le site WHOIS base de données. Alternativement, afin d'assurer la pleine conformité à la DPA, les auteurs peuvent envisager de spécifier le besoin d'adresses e-mail basées sur les rôles afin qu'aucune personne (personne concernée) ne puisse être identifiée via les adresses e-mail adoptées à cette fin.
  • En ce qui concerne les délais de mise en œuvre, la proposition telle qu'elle est rédigée contient un certain nombre d'implications peu claires qui doivent être clarifiées. S'il est mis en œuvre comme drafted, entraînerait des problèmes opérationnels basés sur des interprétations différentes.

 

8.4) Résumé des présidents du PDWG

Darwin Da Costa a passé en revue les domaines de préoccupation pour cette proposition comme suit :

Préoccupation 1 :

Quoi de plus intrusif, demander une validation ou permettre aux victimes de payer pour les abus ? Le problème est toujours en suspens et n'a pas encore été traité par l'auteur

Préoccupation 2 :

Quoi de plus intrusif, demander une validation ou parce que ça n'existe pas et que tu ne prends même pas la peine de dire "ce n'est pas de l'abus pour moi", fais filtrer tout le réseau par le reste du monde, voire pire, beaucoup
Les réseaux AFRICAINS deviennent filtrés ?

Le problème est toujours en suspens et n'a pas encore été traité par l'auteur

Préoccupation 3 :

Quoi de plus intrusif, demander une validation aux détenteurs de ressources, ou imposer le coût à AFRINIC, qui est pris en charge par les membres ? Le problème est toujours en suspens et n'a pas encore été traité par l'auteur

Préoccupation 4 :

Quoi de plus intrusif, demander la validation ou faire respecter le RSA, qui signifie une utilisation appropriée des ressources ? Est-il approprié d'ignorer les abus de vos clients ?

La préoccupation est toujours en suspens et n'a pas encore été traitée par l'auteur. Darwin Da Costa a mentionné qu'il y a plusieurs points en attente de clarification de la part des auteurs.

 

8.5) Discussions ouvertes au micro sur la proposition

Les discussions ouvertes au micro sur la proposition ont été ouvertes pendant 20 minutes. Ils se résument comme suit : -

  1. Dr Nii du Ghana DotCom - a commenté que les déclarations prêtent à confusion quant aux problèmes qui sont traités. Il a en outre déclaré qu'AFRINIC devrait avoir le contrôle et devrait être dans la portée. Nous devons nous concentrer sur l'amélioration d'Internet. Il a mentionné que les énoncés du problème devraient être discutés plus en détail et indiquer correctement quel problème particulier il essaie de résoudre et qu'il peut donc être correctement traité.
  2. Alain Aina - parlant pour lui-même - a mentionné que l'énoncé du problème n'est pas clair du tout, la raison pour laquelle nous voyons toutes ces demandes de clarification. L'énoncé du problème mentionnait que la politique actuelle n'améliore pas l'exactitude des données, ce à quoi il a mentionné que la politique actuelle n'est pas destinée à cela. Il n'a jamais été question d'exactitude des données. Il a également mentionné que pour la première politique, nous ne pouvions pas définir ce qu'est l'abus et qu'il peut avoir des significations différentes selon les pays, et maintenant avec une deuxième politique mais toujours sans définition particulière de « abus ». Il a souligné que nous ne pouvons pas, d'une part, discuter de « abus » et, d'autre part, nous ne parvenons pas à définir ce qu'est un « abus ».
  3. Jordi Palet Martinez - a mentionné qu'il était contre cette proposition et demandait des éclaircissements aux auteurs et il a souligné que ce qui est écrit dans la proposition et ce qui a été présenté contient certaines ambiguïtés. Premièrement, ils demandent au personnel de faire une vérification pour tous les contacts. Sa réponse à cela est que si la proposition précédente passe par le dernier appel, le personnel est libre d'utiliser les mêmes systèmes qui seront mis en œuvre pour l'abus-c pour valider les contacts. Si le personnel pense que cela se fait par une proposition de politique, cela peut être travaillé. Sa deuxième préoccupation concerne la déclaration contenue dans la proposition qui mentionne que le contact en cas d'abus devrait être une personne capable de gérer les abus. À cela, il a répondu qu'il s'agit d'un problème de confidentialité, et que cela ne permet pas aux FAI de mettre une liste de personnes pour gérer les abus et donc ce sera un point fort contre cette proposition.
  4. Alain Aina - parlant pour lui-même - a déclaré que la proposition stipule qu'il n'est pas nécessaire de traiter particulièrement le contact abusif, c'est-à-dire que tous les contrats doivent être traités de la même manière. À cela, il a répondu que chaque contact a un rôle dédié et que désormais la gestion des abus a sa propre spécificité.
  5. Patrick - un membre de la communauté Internet - a demandé à l'auteur comment la suppression d'une section existante entière résout l'énoncé du problème réel qu'ils ont mentionné, qui dit que le problème est que nous n'avons pas de contacts obligatoires. Comment cette solution résout-elle le problème énoncé dans la politique ?
  6. Jaco - sur le Q&A - qui a posé la question suivante : Quel est l'avantage de la proposition secondaire par rapport à celle de Jordi ? Cela implique que le contrat d'abus doit être une personne, ce qui signifie que nous ne pouvons pas le signaler à un service d'assistance qui a plusieurs personnes gérant les problèmes. C'est simpliste et je pense que nous aurons besoin d'une validation des contacts par exemple.
  7. Noah Maina - a demandé des éclaircissements détaillés aux auteurs en ce qui concerne l'énoncé du problème dans la proposition qui dit que la politique actuelle n'améliore pas l'exactitude des données dans le WHOIS base de données. Darwin Da Costa a donné le micro aux auteurs pour répondre aux préoccupations/questions qui ont été soulevées.

L'auteur a répondu à la préoccupation concernant la différence entre cette politique et celle présentée par Jordi Palet Martinez comme suit :

  1. Cette politique ne demande pas de vérification tous les six mois
  2. Cette politique est dans le cadre d'AFRINIC pour imposer ou montrer aux titulaires de réseaux comment gérer ou utiliser leur boite mail abusive

Darwin Da Costa a demandé aux auteurs de répondre aux autres préoccupations qui ont été mises en évidence sur la liste de diffusion.

L'auteur a mentionné que ces préoccupations seront traitées sur la liste de diffusion RPD.

 

8.6) Décision du président du PWDG

Après délibération, les coprésidents du PDWG ont pris la décision suivante :

« Après avoir examiné les discussions de la SPR et de la réunion de politique publique actuelle, les coprésidents ont déterminé qu'un consensus n'a pas été atteint car un certain nombre de préoccupations/objections valables n'ont pas été abordées. le draft La proposition de politique sera donc renvoyée à la liste de diffusion RPD pour d'autres discussions et contributions de la communauté, et affinement. »

Avant de clore la réunion, les coprésidents ont donné le micro aux participants qui étaient dans la file d'attente du micro ouvert.

Ceux-ci se résument comme suit :

  1. Abdulkarim - du Nigéria - a voulu en savoir plus sur la question de la position des coprésidents et sur la manière dont le consensus a été atteint. À cette question, Darwin Da Costa a mentionné que sa question devrait être liée à la proposition. La conversation a été interrompue.
  2. Alain Aina - a commenté qu'une politique est jusqu'au dernier appel et que l'autre politique - qui incluait un énoncé de problème peu clair - revient à la liste de diffusion, que celles-ci doivent être traitées avec soin et correctement afin que nous ne revenions pas avec ces discussions.


Les coprésidents ont clôturé la PREMIÈRE JOURNÉE de la PPM.

 

9) Proposition n° 3 : ROA RPKI pour l'espace d'adressage AFRINIC non alloué et non attribué

ID - AFPUB-2019-GEN-006-DRAFT03

 

9.1) Président du PDWG Introduction du DPP et flux de discussion

Darwin Da Costa a donné un bref aperçu du déroulement de la discussion et a cédé le micro à l'un des auteurs pour la présentation de la Draft Proposition de politique.

 

9.2) Présentation de l'auteur du Draft Proposition de politique

Jordi Palet Martinez a présenté la proposition. Il s'agit de la version 3 de la proposition car 2 versions ont été présentées lors de réunions précédentes.

Les bogons sont des espaces d'adressage IP non alloués et non attribués qui sont utilisés pour les mauvaises pratiques, les détournements, etc. La proposition vise à demander à AFRINIC de créer des ROA AS0 pour l'espace non alloué et/ou non attribué qui est sous son contrôle. L'espace qui a déjà été alloué n'est pas couvert par cette proposition. Les FAI peuvent filtrer automatiquement ces bogons s'ils le souhaitent.

Le processus pour les périodes de validité des ROA et la libération des ROA avant attribution/attribution est laissé au personnel d'AFRINIC à définir, selon les procédures internes habituelles.

L'auteur a souligné les textes normatifs de la proposition notamment :

  1. AFRINIC créera des ROA d'origine AS0 pour tout l'espace d'adressage non alloué et non affecté (IPv4 et IPv6) dont il est l'administrateur actuel
  2. Seul AFRINIC a le pouvoir de créer des ROA RPKI pour l'espace d'adressage qui n'est pas encore alloué/assigné à ses membres
  3. Si AFRINIC souhaite allouer l'espace d'adressage à l'un de ses membres, le ou les ROA RPKI d'origine AS0 devront être préalablement révoqués.
  4. AFRINIC ne doit ajouter des ressources récupérées qu'à la fin du processus de récupération (uniquement passer de la version 2 du DPP à cette version)

La phrase (d) ci-dessus est importante car elle aide à clarifier la situation dans le cas des récupérations de ressources.

L'auteur a mentionné que pour les v1 et v2 de cette proposition, il y avait des objections non fondées (gouvernements utilisant RPKI/AS0 pour censurer les réseaux) et ils ne peuvent pas modifier la proposition sur la base de ces affirmations non fondées. L'analyse d'impact de la v3 de ce DPP est claire. L'auteur a mentionné qu'ils avaient effacé les contributions de la communauté et des impacts politiques précédents

L'auteur a également fourni des références sur la mise en œuvre de la proposition dans les autres RIRs (LACNIC et APNIC). AS0 est documenté dans la section 4 de la RFC 6483.

 

9.3) Évaluation de l'impact sur le personnel

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/39/AIS21-AF33-Proposals-Impact-Assessment.pdf

Brice Abba du Secrétariat d'AFRINIC a présenté l'évaluation d'impact de la proposition. Il a mentionné l'interprétation et la compréhension de la proposition par le personnel comme suit :

  1. a) Cette proposition oblige AFRINIC à créer des ROA d'origine AS0 pour tous ses éléments non alloués et non attribués. IPv4 et IPv6 l'espace d'adressage qu'il administre actuellement. L'espace non alloué et non attribué ici signifie l'espace disponible et réservé selon le fichier de statistiques délégué étendu d'AFRINIC.
  2. b) Le 26 mai 2021 ce sont les nombres de préfixes d'espace disponible et réservé
    • IPv4 réservé : 339
    • IPv4 disponible : 16
    • IPv6 disponible : 736
    • IPv6 réservé : 2994
  3. c) Les nouveaux préfixes reçus de l'IANA/PTI auraient immédiatement des ROA AS0.
  4. d) Tous les préfixes retournés ou récupérés par les membres auront également des ROA AS0 uniquement à la fin du processus de récupération
  5. e) Lorsque AFRINIC alloue un espace d'adressage à l'un de ses membres ressources, le ou les ROA RPKI d'origine AS0 couvrant l'espace devront d'abord être révoqués ET ne pas être visibles dans les référentiels avant que l'allocation/l'affectation puisse avoir lieu.
  6. f) Le processus pour les périodes de validité des ROA et la libération des ROA avant attribution/attribution par AFRINIC est laissé au personnel d'AFRINIC pour définir dans les procédures internes.

    L'impact sur les fonctions du registre sera le suivant :
    1. Une mise à niveau du système de gestion des stocks AFRINIC sera nécessaire afin de mettre en œuvre cette politique
    2. Automatisation de la création de ROA AS0 pour les ressources actuellement non allouées dans son inventaire ainsi que les ressources entrantes (soit à partir de la récupération de ressources, des retours ou du réapprovisionnement de son pool depuis IANA/PTI)
    3. Ajustements du processus d'émission des ressources ainsi que des délais pour s'assurer que les ROA sont révoqués et que les ROA révoqués sont supprimés des référentiels des validateurs avant que les ressources ne soient émises.
    4. Une mise à jour sur les interfaces des systèmes AFRINIC et les contrôles internes utilisés pour la gestion des ressources et des transferts sera requise
    5. Améliorez la surveillance globale pour vous assurer que les membres ne créent pas systématiquement des ROA avec AS0 avec les préfixes qu'ils doivent annoncer conformément aux politiques en vertu desquelles ils ont reçu ces ressources.
    6. Les politiques existantes mises en œuvre ou en cours de mise en œuvre seront prises en considération afin qu'une vérification soit effectuée pour déterminer l'utilisation des préfixes ne nécessitant pas d'annonce dans le routage global.
    7. La documentation des membres pour la gestion des ROA doit être mise à jour
    8. Aucun commentaire du département légal pour cette proposition
    9. L'évaluation financière mentionne qu'aucun CAPEX ne sera requis pour la mise en œuvre de cette proposition de politique.
    10. 1Côté RPKI, 3 options ont été cadrées notamment,
      1. Utilisez l'arborescence AFRINIC RPKI existante
      2. Certificat de production supplémentaire (0/0) pour l'espace non alloué uniquement
      3. Nouvelle ancre de confiance avec un seul certificat de production

        La recommandation du Secrétariat d'AFRINIC est qu'une nouvelle TAL soit mise en œuvre (option c).
    11. En ce qui concerne la mise en œuvre, AFRINIC a prévu la migration vers myafrinic v2 au T4-2021. L'inventaire AFRINIC des ressources non allouées et non allouées sera intégré sur le myafrinicla plate-forme v2 et l'équipe technique pourront y implémenter les ROA AS0. Nous avons été informés que la politique peut être entièrement mise en œuvre d'ici le deuxième trimestre de 2.

 

9.4) Résumé des présidents du PDWG

Darwin da Costa a mentionné que la version 3 du DPP n'a pas été discutée sur la liste de diffusion. Certaines préoccupations ont été soulevées.

Préoccupation 1 qui est liée à « Je pense que cette politique étendrait le pouvoir d'AFRINIC bien au-delà de son contrôle. AFRINIC est une entité d'enregistrement et ne devrait pas avoir autorité sur RPKI » a été adressée et l'URL du poste de la liste de diffusion couvrant la compréhension technique de RPKI a été fournie.

Préoccupation 2 liée à « Cela va créer une centralisation sur le contrôle d'Internet qui peut entraîner un abus de pouvoir. Le risque de centralisation d'Internet et de saper la légitimité de l'AFRINIC en tant qu'institution impartiale. a également été abordée selon les archives que nous avons vues au cours des deux derniers mois et semaines.

Une autre préoccupation majeure soulevée sur la liste concernait « L'état actuel de l'infrastructure RPKI ne fournit pas une période suffisante entre la révocation du ROA et la notification qu'un préfixe donné a été attribué à une organisation, ce qui peut avoir un effet énorme sur l'attribution. Il faut du temps pour révoquer l'état AS0 pour une adresse IP, sans parler de la plupart des ressources allouées par blocs. Il sera donc extrêmement gênant pour les utilisateurs finaux et les FAI si leur réseau met une très longue période à « récupérer ». C'est l'imperméabilité de la politique actuelle proposée en ce qui concerne les erreurs humaines/informatiques lors de la révocation de l'état AS0.

Cette préoccupation a été résolue par la réponse du personnel sur la liste de diffusion selon laquelle cela prendra un jour dans le pire des cas et au meilleur des cas 5 minutes.

La préoccupation concernant la « Politique qui demande potentiellement à AFRINIC d'interférer de manière proactive avec le routage » a également été abordée. AFRINIC fournit *seulement* un service, comme le WHOIS, pour fournir l'exactitude des ressources qui ont été allouées aux membres et de celles qui ne le sont pas.

 

9.5) Discussions ouvertes au micro sur la proposition

Les discussions ouvertes au micro sur la proposition ont été ouvertes pendant 20 minutes. Ils se résument comme suit : -

  1. Emem William de l'Université d'Ilorin au Nigeria a mentionné qu'AFRINIC est un registre Internet régional et ressemble davantage à une institution de tenue de dossiers chargée de l'enregistrement des propriétaires des adresses IP. Par conséquent, il sera hors de la portée de la responsabilité opérationnelle d'AFRINIC de commencer à se préoccuper de savoir comment et où les ressources IP sont utilisées. Si cette politique est mise en œuvre, AFRINIC aura désormais le droit d'injecter AS0 (non existant ASN) dans la base de données de routage. Des erreurs/erreurs humaines délibérées et non délibérées peuvent se produire et provoquer des perturbations chez l'utilisateur final. Cette politique doit être complètement abandonnée.
  2. Widjane Goubi a déclaré qu'elle s'oppose à la politique car elle comprend mal RIRrôle. RIRs ne peut pas superviser le processus de routage des ressources. L'insertion d'AS0 dans la base de données de routage récupère à tort de l'espace entraînant une perte de connexion. Cette politique n'est pas non plus acceptée par d'autres RIRs.
  3. Meriam de Mohamed VI Polytechnic du Maroc - s'oppose à la politique et a mentionné RIRs ne peut pas interférer avec le routage. L'activation d'AS0 n'est pas un problème de politique et doit être gérée par une entité spécialisée.
  4. L'auteur, Jordi, a précisé que les ressources peuvent toujours créer des ROA AS0 pour les ressources qu'elles détiennent. Cette politique n'y change rien. La proposition de politique n'impose rien sur le routage mais sur les données d'enregistrement représentées d'une manière différente. Seul RIPE NCC a rejeté la proposition et LACNIC/APNIC a accepté la politique. Il n'y a aucune obligation pour les FAI d'utiliser les données. L'AS0 est un moyen standard de présenter les informations, au lieu que chaque AS obtienne les données du WHOIS base de données.
  5. AFRINIC a mentionné que l'impact est minime. des erreurs peuvent se produire, mais elles peuvent également se produire avec le WHOIS. Nous présentons les mêmes informations que nous avons dans le WHOIS d'une seule manière.
  6. Alain Aina, parlant pour lui-même, a mentionné qu'il n'avait aucune préoccupation avec la proposition. Il suggère que les coprésidents présentent les objections et précisent qui a soumis l'objection et si l'objection est considérée comme valide ou non. Il a demandé au personnel pourquoi la mise à niveau de l'inventaire sera nécessaire. En ce qui concerne la politique, il a demandé à l'auteur des éclaircissements et de l'éducation de ceux qui n'ont aucune connaissance de la proposition, que l'énoncé du problème soit rendu plus clair. Il aimerait voir pourquoi le filtrage bogon n'est pas suffisant et pourquoi nous avons besoin d'AS0. Nous devons nous assurer de nous aligner sur l'AFRINIC et le système politique. La proposition mentionne non alloué et non affecté. Les données statistiques publiées par AFRINIC mentionnent disponibles et réservées. Quiconque souhaite rechercher les numéros qui seront couverts par AS0 les trouvera sous réservés et disponibles.
  7. Le professeur Nii Quaynor, de GDC, a déclaré que ceux qui gèrent des réseaux sont capables de voir ce qui est bon pour eux car ils peuvent voir tous les problèmes et les éviter et que ceux qui s'opposent à la proposition peuvent répondre s'ils peuvent gérer des réseaux. Il s'est dit préoccupé par le fait que si le texte devait être similaire à d'autres RIRs, alors c'est la voie à suivre pour les politiques globales. Sinon, il serait préférable que nous utilisions notre propre texte. AFRINIC peut décider quand ajouter l'AS0 car les détails sur le processus de récupération ne sont pas connus.
  8. L'auteur Jordi a mentionné que les mécanismes pour les bogons ne proviennent pas d'un registre officiel. Même texte dans toutes les régions pour plus de clarté. La politique mondiale n'est pas l'objectif maintenant car en principe, elle n'est pas nécessaire. La politique globale sera liée aux ressources détenues par l'IANA si la décision d'y aller est prise. Le texte a été inclus pour clarifier l'objection. En réponse à la question d'Anthony dans les questions-réponses, l'évaluation juridique dans l'analyse d'impact n'a mentionné aucun commentaire.
  9. Le conseiller juridique d'AFRINIC a commenté la déclaration selon laquelle AFRINIC est un simple comptable et a recommandé la lecture du document ICP-2, des statuts et du RSA pour savoir quel est le véritable mandat d'AFRINIC, avant d'essayer de limiter son mandat à un simple comptable.
  10. Vincent Ngundi, président du PDWG, a mentionné que les commentaires devraient être limités aux objections non traitées et a renvoyé les participants à un e-mail de Nishal en septembre qui clarifiait les préoccupations.
  11. Madhvi Gokool, le personnel d'AFRINIC, a répondu à la question d'Alain et a déclaré que la mise en œuvre de cette proposition nécessite l'espace non alloué/non affecté, c'est-à-dire disponible et réservé. MyafrinicLa mise en œuvre de la v2 est en cours et facilitera l'intégration du système d'inventaire et de la RPKI.
  12. Darwin Da Costa, président du PDWG, a également déclaré que les archives de la liste de diffusion contiennent des e-mails informatifs de Nishal et Amreesh.

 

9.6) Décision du président du PWDG

Après délibération, les coprésidents du PDWG ont pris la décision suivante :

« Les coprésidents notent que la dernière version de cette proposition de politique a été soumise sur la liste de diffusion RPD le 19 avril 2021, soit il y a plus de deux mois. 

Nous notons en outre qu'aucun commentaire n'a été fait sur la dernière version de cette proposition de politique dans la liste de diffusion de la SPR. 

Nous notons également que les questions litigieuses soulevées ont déjà été traitées de manière adéquate par les auteurs ou les membres du PDWG. 

Après avoir examiné ce qui précède, les discussions au cours de la PPM actuelle et les auteurs ont répondu aux préoccupations soulevées par le PDWG, les coprésidents ont déterminé qu'un consensus approximatif avait été atteint.

Le draft la proposition de politique passe donc au dernier appel. Nous encourageons en outre le PDWG à participer activement et à s'engager dans les discussions de la liste de diffusion RPD. 

Alors que la proposition de politique sera avancée jusqu'au dernier appel, nous encourageons le PWDG à soulever toute autre objection valable au cours de cette période de dernier appel afin d'informer de l'avancement de la proposition de politique à l'avenir.

 

 

10) AFRINIC-34 Propositions de politiques concurrentes

Vincent Ngundi, le président du PDWG, a ouvert cette session. Il a déclaré que chaque auteur des propositions disposera de 15 minutes pour donner un aperçu de sa proposition, suivi d'une présentation des coprésidents sur l'aspect des éléments concurrents des DPP. Le PDWG sera alors en mesure de discuter et de tracer la voie à suivre. 

Le coprésident a également mentionné qu'il y avait quatre (4) DPP visant à mettre à jour la section 3 du RPC.

 

10.1) Lignes directrices et procédures du groupe de travail PDP (GT)

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/a1/AIS21-AF33-PDP%20Working-Group-Guidelines-and-Procedures.pdf  

Les auteurs Alain Aina et Noah Maina ont présenté les lignes directrices et procédures du groupe de travail DPP PDP (WG). Alain Aina précise que PDP repose sur un groupe de travail et que ce dernier doit avoir ses procédures, son fonctionnement et modérer les discussions. Il s'agit d'un document cohérent qui aborde et propose de manière holistique la manière dont le groupe de travail devrait être administré, y compris une nomination de coprésident, plutôt qu'une fixation au coup par coup.

Le PDP n'est pas en cours de refonte. Certaines sections du PDP sont en cours de mise à jour.

Noah Maina a mentionné que : -

  1. le PDP actuel n'a pas de procédures claires pour ses opérations qu'il peut suivre pour ses activités, ce qui a conduit à des interprétations erronées et à des défis dans le PDP.
  2. Énoncé du problème - Assurez-vous qu'il existe des directives et des procédures claires et spécifiques qui peuvent être suivies par les coprésidents et le groupe de travail. Modifie la section 3.3 du CPM actuel
  3. La proposition sert de ligne directrice sur la façon dont le PDWG doit fonctionner, définit des rôles et des responsabilités clairs pour les coprésidents et des procédures claires pour l'administration du groupe de travail. Il définit également le processus de nomination des coprésidents, en commençant notamment par une nomination par consensus, car le groupe de travail fonctionne dans le cadre du mandat de consensus sur les propositions de politique, le vote secret (méthode préférentielle de classement) est une autre approche et la nomination intérimaire qui peut être effectuée par les directeurs . La proposition aborde également le comportement des membres du GT.
  4. La version 1 de la proposition a été soumise en juillet 2020 et la version 2 a été soumise en juillet 2021. La mise à jour vers la version 3 va maintenant être traitée.
  5. Les problèmes soulevés avec la version 2 sont les nominations par consensus et le président du conseil nommant des coprésidents intérimaires
  6. Évaluation d'impact - aucun problème reçu pour la v2.0 et les auteurs ont clarifié les demandes de clarification.
  7. Les mises à jour de la v3.0 ont abordé les points suivants : -
    • Certains amendements ont été apportés (éditoriaux), notamment la nomination de coprésidents intérimaires par le président du conseil d'administration, des délais pour ceux-ci et la définition du collège de vote de classement (qui comprend les anciens présidents du PDWG, les anciens présidents du conseil d'administration et les anciens PDG).
    • Des dispositions pour le rappel des coprésidents ont également été ajoutées. L'analyse de cette version par le personnel d'AFRINIC est en cours et attend une réponse du personnel après cette présentation. Le déroulement de l'ensemble du processus de nomination des coprésidents a été montré. Une fois la nomination terminée, dans le cas d'aucun candidat, dans les 2 semaines, le président du conseil nommera des coprésidents intérimaires.

S'il y a plus d'un candidat, la nomination des candidats est prévue dans le PPM. Sinon, si un consensus est atteint, les coprésidents du PDWG sont nommés et si la nomination par consensus échoue, le siège reste vacant et dans les 1 semaines, le président du conseil nomme les coprésidents intérimaires.

En cas de non-consensus, le mode de scrutin préférentiel à bulletin secret est utilisé par le collège votant pour désigner le coprésident, dans le cadre des procédures de vote. Si cela échoue également, le président du conseil nommera des coprésidents intérimaires dans un délai de 2 semaines.

En cas de mauvaise conduite du GT, la personne est avertie par les coprésidents, et si un comportement grave et perturbateur est observé, les coprésidents avertiront en privé, publiquement ou suspendront la personne. L'individu peut également faire appel de la suspension.

En ce qui concerne le rappel des coprésidents (section 3.3.4. de la proposition), il existe une disposition supplémentaire selon laquelle si un coprésident n'assiste pas à deux réunions de politique publique consécutives de l'AFRINIC sans motif ou a été signalé publiquement par l'autre Coprésident étant donné qu'il ne s'occupe plus des affaires du groupe de travail sans motif, le coprésident sera démis de ses fonctions.

De plus, toute personne peut demander le rappel d'un coprésident d'un groupe de travail. Le changement proposé est que la demande doit être appuyée par au moins 10 autres personnes.

L'auteur a donné un aperçu du processus d'appel dans la section 3.3.10 comme suit :

Un membre du GT peut déposer un recours contre la décision des coprésidents de suspendre ses privilèges de publication auprès du président du conseil d'administration d'AFRINIC. La décision de ce dernier est définitive et exécutoire. Si un membre du groupe de travail n'est pas d'accord avec les décisions du coprésident, un processus de résolution des conflits est prévu dans le PDP. Les mesures prises par le président du conseil d'administration d'AFRINIC concernant le processus de nomination des coprésidents sont définitives et contraignantes.

 

10.2) Mise à jour simple du PDP pour le nouveau

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/24/AFPUB-2020-GEN-003-DRAFT01-PS-v2.pdf

L'auteur Jordi a mentionné qu'il avait mal compris la demande des présidents du PDWG et qu'il avait préparé des diapositives concernant uniquement l'énoncé du problème. Il présentera également les diapositives concernant cette proposition qui a été discutée lors de la réunion précédente.

En ce qui concerne l'énoncé du problème, le PDP est bon en général et simple, facile à suivre. En tirant des leçons de l'expérience, il y a toujours place à l'amélioration du PDP et nous devons rester simples.

Les problèmes observés par l'auteur dans le PDP existant sont les suivants :

  1. le rendre explicitement inclusif et non discriminatoire
  2. en ce qui concerne la question de savoir si les discussions sur les listes de diffusion sont prises en compte dans les déterminations de consensus/non-consensus, une lecture du PDP ne le rend pas clair et en fait, le Comité d'appel (AC) ne lit pas le PDP de cette façon.
  3. La signification de Consensus et Last Call n'est pas explicitement mentionnée.
  4. Il est nécessaire de permettre des situations exceptionnelles, telles que la pandémie de Covid-19 - Flexibilisation des horaires et même du nombre de PPM par an.
  5. Le problème rencontré parfois est que toutes les propositions politiques ne peuvent pas être discutées lors d'une réunion à moins que nous ayons 10-15 minutes par proposition, ce qui n'a pas de sens.
  6. Les propositions peuvent avoir un processus plus court pour parvenir à un consensus. Il n'est pas nécessaire, lorsque nous avons plusieurs versions d'une proposition, d'aller en réunion pour les présenter pour parvenir à un consensus. Parfois, si des problèmes liés à une proposition de politique ont été discutés lors d'un PPM et sont clairement résolus dans la liste, il se peut qu'ils ne soient pas présentés à nouveau dans un PPM. Cela se fait actuellement au LACNIC. Cela évite de plus en plus de propositions qui n'atteignent pas le consensus et moins de temps par proposition en PPM.
  7. L'analyse d'impact doit être obligatoire et opportune. 4 semaines suffisent.
  8. Les présidents ont besoin de temps pour décider - 5 minutes ou une semaine peuvent être trop courtes. Des délais de 2 semaines après un PPM sont suffisants pour permettre aux coprésidents d'analyser en profondeur les avantages et les inconvénients et de mieux déterminer le consensus, ce qui peut conduire à moins d'appels.
  9. Jugeant de la même manière de 2 manières différentes - les termes de référence d'AC doivent être déterminés par PDP.
  10. Aborder la question de la sélection/rappel des coprésidents dans le même processus est trop complexe. Mieux vaut diviser le problème.
  11. Expiration du DPP dans 6 mois.
  12. Fournir la définition du dernier appel - expliqué de la même manière que le consensus dans l'IETF.
  13. Le calendrier des propositions a également été expliqué pour les nouvelles propositions ou les nouvelles versions d'une proposition existante.

 

10.3) Processus de sélection du président

URL de présentation - https://static.sched.com/hosted_files/ais21/bc/AFPUB-2019-GEN-007-DRAFT02-PS-v2.pdf

L'auteur mentionne que le processus de sélection des coprésidents doit être amélioré en fonction des événements récents. Réel

Le PDP manque de détails suffisants. Les problèmes sont les suivants : -

  • Comment les coprésidents sont-ils sélectionnés ?
  • Qui peut être coprésident ?
  • Quel est le processus de sélection ?
  • De combien de temps disposons-nous pour la sélection ?
  • Comment assurer l'expérience et la diversité ?
  • Qui sélectionne les coprésidents ?
  • Et s'ils se retirent ou sont rappelés ?
  • Comment trouver une solution dans des situations exceptionnelles ?

    La proposition suggère les modifications suivantes :
  • Les présidents devraient être nommés par les membres ou les membres eux-mêmes.
  • Les chaires doivent avoir été inscrites sur la liste au moins 12 mois avant le début de la sélection.
  • Les personnes élisant les présidents doivent être inscrites sur la liste depuis au moins six mois.
  • A noter que cela a déjà été mis en œuvre d'une manière ou d'une autre par le personnel lors des élections précédentes.

L'auteur suggère que les auteurs des propositions concurrentielles se réunissent et présentent une seule proposition pour la mise à jour du PDP et une seule proposition pour la sélection des coprésidents. Deux propositions différentes permettront de parvenir plus facilement à un consensus.

 

10.4) Discussion ouverte avec le PDWG sur la voie à suivre

Vincent Ngundi, président du PDWG, a fait une présentation sur les propositions concurrentes. La présentation est disponible à partir de la diapositive 45 à https://static.sched.com/hosted_files/ais21/27/AIS21-AF33-PPM-AFRINIC-PDP-and-Building-Consensus.pdf

Les coprésidents ont préparé un tableau qui répertorie les domaines que les diverses propositions politiques cherchent à examiner (ou à introduire) en ce qui concerne la section 3.0 du RPC qui couvre le PDP d'AFRINIC.

  • Le tableau ne doit pas être interprété à tort comme l'opinion (ou l'approbation) des coprésidents, mais comme un moyen pour la communauté de se rendre compte que les quatre propositions politiques sont en concurrence dans un aspect ou l'autre.
  • L'intention est d'aider le PDWG ainsi que les auteurs à tracer une voie à suivre. Le tableau comporte 6 colonnes : - La colonne 1 identifie la section du CPM en cours de révision, la colonne 2 fournit un résumé des nouvelles dispositions au CPM pour les diverses propositions de politique et les quatre dernières colonnes sont pour les sections des propositions de politique qui traitent des dispositions. Toutes les propositions contiennent de très bonnes idées mais ne peuvent être adoptées que s'il existe une manière harmonisée d'examiner les dispositions.

Vincent Ngundi a expliqué les sections du CMP qui étaient abordées comme suit : -

  1. Responsabilités des coprésidents du PDWG - 2 propositions concurrentes qui cherchent à résoudre ce problème, en les rendant plus détaillées
  2. Modalités des coprésidents - Une proposition introduit des conditions pour le retour des coprésidents
  3. Critères d'éligibilité des coprésidents - 2 propositions concurrentes Documenter les critères d'éligibilité des coprésidents
  4. Sélection des coprésidents - 2 propositions concurrentes mentionnent comment les coprésidents doivent être sélectionnés ? Diverses méthodes (consensus, élections, élections (IRV)
  5. Registre de vote - 2 propositions concurrentes ont des sections sur Qui peut voter ?
  6.  Démission des coprésidents - une proposition mentionne la démission d'un et des deux coprésidents
  7. Absence de coprésidents dans PPM - 2 propositions concurrentes répondent à l'absence d'un et des deux coprésidents
  8. Rôle du président temporaire - Une proposition définit ce que le président temporaire peut faire
  9. Groupe de travail sur les opérations (PDWG) - Une proposition définit comment la modération des discussions et des sessions du groupe de travail doit se dérouler
  10. Application du code de conduite - Une proposition Introduit une clause concernant le code de conduite sur la liste de diffusion RPD - basée sur l'expérience vécue au cours des derniers mois/année
  11. Définition de « consensus approximatif » - Une proposition définit un consensus approximatif afin qu'il ne soit pas ambigu
  12. Draft Proposition de politique - Une proposition modifie les délais de soumission
  13. Expiration du DPP - Une proposition introduit une modification de la durée de vie d'un DPP
  14. Analyses d'impact - Une proposition rend les analyses d'impact obligatoires
  15. Calendrier des discussions - Une proposition introduit des changements dans le calendrier des discussions
  16. Réunion de politique publique - Plus de PPM en ligne - propositions concurrentes
  17. Participation aux PPM - Dans une proposition, les coprésidents peuvent restreindre la participation aux PPM sous certaines conditions (participation restreinte mais pas de participation restreinte !)
  18. Détermination par consensus - Peut également se produire en dehors d'un PPM sur la liste RPD, après qu'un DPP a été discuté lors d'un PPM - en compétition pour des propositions
  19. Dernier appel - Une proposition introduit un délai d'une semaine pour confirmer le consensus. Toute nouvelle objection doit également être motivée et ne doit donc pas reposer sur des avis dépourvus de justification technique.
  20. Résolution des conflits (appels) - Une proposition introduit un rôle pour le président du conseil d'administration dans le processus d'appel
  21. Résolution des conflits (nomination des coprésidents) - Une proposition introduit un rôle pour le président du conseil d'administration dans le processus de nomination des coprésidents
  22. Résolution des conflits (rappel des coprésidents) - Introduit un rôle pour le président du conseil d'administration dans le processus de nomination des coprésidents intérimaires, Mises à jour de la section sur le processus de rappel des coprésidents du CPM. Propositions concurrentes.

 

La discussion ouverte au micro a ensuite suivi. Voici un aperçu des contributions :

  1. Jordi, l'auteur de 2 propositions concurrentes, a mentionné que les propositions sont basées sur une expérience réelle de participation active dans les 5 registres. Des propositions similaires ont été mises en œuvre au LACNIC il y a 2 ans avec de très bons résultats. Il suggère que l'appel et le code de conduite soient des propositions différentes pour simplifier le consensus. Celles-ci ont été proposées dans la région LACNIC. Il a également suggéré que si tous les auteurs acceptent de se réunir, 4 propositions politiques simplifieront la recherche d'un consensus - une pour la sélection, une pour le PDP, une pour le code de conduite et une pour les appels à proposer car ils ne sont pas liés. .
  2. Noah, auteur d'une proposition concurrente, a mentionné qu'une approche fragmentaire telle que suggérée par Jordi peut introduire des situations litigieuses. Les lignes directrices et les procédures de la proposition couvrent globalement certains de ces domaines. Il a encouragé les auteurs des quatre propositions à considérer une seule proposition qui peut être mise à jour avec les élections et le rappel des coprésidents. Cette proposition est basée sur l'expérience passée dans notre région et compte tenu de la façon dont le groupe de travail s'est géré et fonctionné au cours des dernières années.
  3. Alain, co-auteur d'une proposition concurrente sur les lignes directrices et les procédures, a mentionné que la question doit être examinée de manière holistique, car l'examen des questions une par une entraînera des incohérences. Il propose d'abord un accord sur tous les problèmes et problèmes au niveau mondial, puis travaille sur la manière dont ils peuvent être résolus un par un. Se diviser en petits groupes pour travailler sur les problèmes et décider à la fin de fusionner en un seul document ou d'avoir un document différent.
  4. Jordi a mentionné que la division en parties est sa recommandation car elles sont différenciées.
  5. Le professeur Nii Quaynor a mentionné que les propositions concurrentes suggèrent qu'un autre processus est nécessaire pour effectuer une mise à niveau holistique. La mise à jour simple du PDP. Il a un gros problème avec le fait de rendre I. A obligatoire et a demandé si cela avait été un problème. Nous devrions cesser d'essayer de faire des élections - si les politiques utilisent le consensus, ce dernier peut être utilisé pour sélectionner les coprésidents.
  6. Grégoire Ehoumi a mentionné que le tableau présenté par les coprésidents du PDWG offrait un bon résumé. Il a suggéré qu'une fusion soit faite sur la liste de diffusion RPD. Il a déclaré que ce qui est fait dans d'autres régions peut ne pas correspondre à la réalité et aux processus du PDP d'AFRINIC. Il suggère qu'il est nécessaire de se mettre d'accord sur chaque section.
  7. Jordi a mentionné qu'il avait proposé sa proposition à AFRINIC après avoir constaté que celle qu'il avait soumise au LACNIC il y a des années fonctionnait. En ce qui concerne l'AI, le personnel fournit toujours une analyse d'impact, mais a soulevé la préoccupation de la soumission tardive de l'AI, ce qui fait qu'il n'y a pas de temps pour mettre à jour un DPP avant un PPM, ce qui fait qu'un DPP reste en discussion pendant 6 mois supplémentaires, ce qui conduit à une accumulation de propositions. L'exigence obligatoire est que les I.A soient soumises à temps. Il service d'assistancet que des temps de discussion plus courts aident à la fois la communauté et les auteurs.
  8. Caleb, co-auteur d'une proposition concurrente, a fait les suggestions suivantes :
    • Ouvert pour tenir des réunions avec les autres auteurs pour développer les sections.
    • Il y a un manque d'inclusion.
    • Équilibre genre/région à insuffler dans les politiques
  9. Le professeur Nii Quaynor a mentionné que il vaut mieux avoir moins de propositions bien pensées et prendre en considération qu'un rythme plus rapide amènera des problèmes. Augmenter la participation du PDWG en faisant du problème quelque chose qu'ils peuvent s'approprier.

 

Vincent Ngundi a mentionné qu'il est maintenant nécessaire de tracer la voie à suivre. Il est clair que certains changements sont nécessaires dans le PDP et qu'une certaine forme de collaboration pour les propositions est requise. Il est nécessaire de garder la fin à l'esprit et si cette fin est d'améliorer le développement de la politique d'AFRINIC, cela devient la proposition de la communauté. Un groupe de travail responsable peut corriger les problèmes du passé.

Alain Aina a demandé aux présidents du PDWG de diriger le groupe de travail sur la question des problèmes et d'aider à l'accord des énoncés de problèmes afin que la communauté se mette d'accord sur le(s) problème(s) à résoudre et que la solution à chacun des problèmes puisse être recherché.

 

11) Ouvrez le microphone sur le PPM

Les points saillants de la session micro ouverte sont les suivants : -

  1. Les coprésidents du PDWG ont été remerciés pour la gestion des sessions, mais qu'il y a encore place à l'amélioration. À l'avenir, d'autres changements dans le processus sont attendus.
  2. Le format des réunions en ligne est à revoir, notamment en termes de délais, de gestion du temps.
  3. Une fois qu'une proposition de politique est soumise, le groupe de travail peut alors prendre l'initiative et contribuer.
  4. Un défi rencontré, selon les coprésidents du PDWG, est de savoir comment trouver un équilibre entre le nombre de propositions et le temps.
  5. Les coprésidents du PDWG ont été félicités pour leur excellent travail sur un système distant.
  6. Un commentaire d'un auteur est qu'il travaille pour la communauté et qu'une fois que la communauté aime une proposition, son rôle passe à celui d'éditeur.
  7. Webinaires en cours Les coprésidents du PDWG ont indiqué qu'ils examineront cette question et reviendront au GT avec des propositions sur la voie à suivre.
  8. Au sujet de l'analyse d'impact, la section 3.4.1 mentionne que les coprésidents peuvent en demander. Il n'est pas nécessaire d'avoir plus d'analyse d'impact si des modifications ne sont pas apportées à une proposition.
  9. Utilisation de groupes de travail pour examiner certaines des questions techniques et faire rapport.
  10. Les webinaires ne devraient pas faire partie du mécanisme de décision du PDP.
  11. C'est une bonne chose que les coprésidents du PDWG s'occupent des problèmes.
  12. Un commentaire a été fait concernant la politique draft processus de maturité et le processus PPM à examiner afin qu'il y ait un moyen de se mettre d'accord et d'accepter de travailler sur le problème.
  13. Les discussions sur les propositions de politiques doivent être ramenées sur la liste de diffusion RPD, même si elles sont discutées dans des webinaires.
  14. Au cours de la discussion des propositions, les problèmes qui ont été soulevés ne devraient peut-être pas être répétés, à moins qu'ils ne soient sérieux et nécessitent vraiment l'attention du PDWG
  15. Répondre poliement et prendre compte des défis auxquels l'organisation est confrontée.
  16. Le panneau de discussion contient des commentaires utiles. Le personnel a confirmé qu'une copie des contributions peut être obtenue.

 

12) Clôture du PPM AFRINIC

Vincent Ngundi et Darwin da Costa, coprésidents du PDWG, ont remercié le Conseil d'administration d'AFRINIC et tous ceux qui ont contribué au succès du PPM, avant de clôturer la réunion de politique publique.

 

Résumé des décisions des coprésidents sur le 'draft' des propositions de politiques

PropositionDécisionCommentaires
Mise à jour de la politique Abuse Contact Policy Update Dernier appel  
General Abuse Contact Retour à la liste RPD pour une discussion plus approfondie  
RPKI ROAs for Unallocated and Unassigned AFRINIC Address Space Dernier appel  

 

 

 

Dernière modification le -
Date et heure à Maurice -