Info! Please note that this translation has been provided at best effort, for your convenience. The English page remains the official version.

AFRINIC-22 | Procès-verbal de la réunion du PDWG

Print Friendly, PDF & Email

Comptes rendus des réunions

Date: 03 Juin 2015
Présidents: Seun Ojedeji, Barry Macharia
Où: Regency Hotel, Tunis

PDF


 

Agenda:

Session 1: 08h30 - 10h00

1. Accueil et introduction des sessions (Seun Ojedeji)

2. Examen de l'ordre du jour (Seun Ojedeji)

3. Introduction au processus d'élaboration des politiques (Seun Ojedeji)

4. Rapport sur les politiques récemment ratifiées / mises en œuvre (Ernest Byaruhanga)

5. Résumé des propositions en cours de discussion dans d'autres régions (Ernest Byaruhanga)

 

Session 2: 10h30 - 12h00

6. Proposition de politique: Utilisation hors région des ressources de numéros Internet AFRINIC (AFPUB-2014-GEN-002-DRAFT-02) (Douglas Onyango)

7. Proposition de politique: Directives relatives aux services AFRINIC (AFPUB-2014-GEN-005-DRAFT-01) (retiré)

 

Session 3: 16h00 - 17h30

8. Proposition de politique: Réservation de ressources pour les points d'échange Internet (AFPUB-2014-GEN-004-DRAFT-01) (Michuki Mwangi)

9. État du document / manuel de politique consolidée (Ernest Byaruhanga)

10. Rapport d'expérience sur la mise en œuvre des politiques (Madhvi Gokhool)

11. Élection du PDWG (Boubakar Barry)

12. Microphone ouvert (Seun Ojedeji, Barry Macharia)

13. Ajournement (Seun Ojedeji, Barry Macharia)

 

Session 1: 08h30 - 10h00

1.0 Bienvenue et présentation des sessions

Seun Ojedeji a ouvert la réunion à 0900h22 heure locale à Tunis, a souhaité à tous la bienvenue au XNUMXnd AFRINIC Public Policy Meeting et a indiqué que l'autre coprésident, Adam Nelson, avait démissionné récemment et donc Seun présiderait les sessions individuellement jusqu'à ce qu'un deuxième coprésident soit sélectionné par la communauté, un point de l'ordre du jour prévu plus tard dans la journée.

 

2.0 Révision de l'ordre du jour

Seun a déclaré que le point 7 de l'ordre du jour (Proposition de politique: Directives relatives aux services AFRINIC (AFPUB-2014-GEN-005-DRAFT-01) de la session 2 ne sera plus discutée car l'auteur de cette proposition l'a depuis retirée (2 jours avant la réunion).

 

3.0 Introduction au processus d'élaboration de politiques

Seun a présenté le processus d'élaboration des politiques (PDP) à la réunion. Il a déclaré que le PDP est basé sur 3 principes d'ouverture, de transparence et d'équité, et a indiqué que n'importe qui peut participer en initiant de nouvelles propositions ou en discutant de propositions et de politiques déjà actives. Il est passé par le processus qu'une nouvelle proposition traverse à partir du moment où elle a été rédigée, par des discussions sur la liste de diffusion, une présentation lors de la réunion en face à face des politiques publiques et jusqu'au moment où elle est mise en œuvre par AFRINIC.

 

4.0 Rapport sur les politiques récemment ratifiées / mises en œuvre

Ernest Byaruhanga a fait le point sur les politiques mises en œuvre par AFRINIC depuis la dernière réunion (AFRINIC21 - Cybercity, Maurice) comme suit:

  • Attributions Anycast dans la région de service AFRINIC (AFPUB-2012-V4-001): Cette proposition faisait suite à la proposition originale de services Anycast et a été mise en œuvre en avril 2015. Elle a ajouté IPv6 et ASN dispositions de anycast à la proposition initiale. En conséquence de sa mise en œuvre, une organisation qui remplit les critères d'éligibilité à AFRINIC peut demander un / 24 IPv4 et / ou un / 48 IPv6 bloc et / ou 1ASN pour toute diffusion de l'un de ses services conformément aux dispositions du BCP126.
  • Pas de rDNS sauf si attribué (AFPUB-2012-DNS-001): suite à la mise en œuvre de cette politique, tous les registres Internet locaux (LIR) détiennent IPv4 et IPv6 les allocations d'adresses ne peuvent plus recevoir de services DNS inversés (rDNS) d'AFRINIC à moins qu'ils n'enregistrent toutes les adresses IP attribuées à leurs clients (et / ou aux propres réseaux de LIR) dans l'AFRINIC whois base de données. La politique a été mise en œuvre et appliquée rétrospectivement. Ernest a déclaré que l'équipe du service clientèle d'AFRINIC était occupée à contacter les organisations concernées pour se conformer aux exigences de cette politique afin d'éviter une interruption du service rDNS, qui se produirait 12 mois après la mise en œuvre de la politique.

 

5.0 Résumé des politiques en discussion dans d'autres régions

Ernest Byaruhanga a donné un aperçu des propositions en cours de discussion à l'APNIC, l'ARIN et le LACNIC qui pourraient intéresser la région Afrique dans le contexte de ce qui est actuellement en discussion (dans la région AFRINIC) et des différentes questions qui ont été discutées sur la Liste «rpd».

 

ARIN :

Faire passer les exigences d'utilisation de «dernière allocation» à «total-agrégé»: dans le cadre de cette proposition, les FAI doivent avoir utilisé efficacement toutes les allocations au moins à 80% (et au moins 50% de chaque allocation) afin de recevoir de l'espace supplémentaire. . Cela inclut tout l'espace qui a été attribué aux clients des FAI.

 

LACNIC :

Inter-RIR Transferts: cette proposition permet aux organisations de transférer IPv4 l'espace des autres régions dans la région de service LACNIC afin de construire plus de réseaux dans la région. Il ne comprend pas l'option de transfert IPv4 espace de LACNIC à d'autres régions.

 

APNIC :

  • Modification dans le ASN Critères d'éligibilité: la proposition modifie les critères d'éligibilité pour ASNs de sorte que l’obligation absolue de loger plusieurs fois avant qu’une organisation ne ASN est retiré. En vertu de cette proposition, une organisation est éligible à un ASN s'il envisage d'utiliser le ASN dans les mois 6.
  • Modification de IPv4 critères d'éligibilité de l'espace: cette proposition étendrait les critères de IPv4 attributions afin qu'une organisation soit éligible pour recevoir une affectation de site final (PI) si cette organisation est multi-hébergée ou interconnectée avec des adresses IP de fournisseur (ISP), ou démontre un plan pour publier le ou les préfixes demandés dans les 3 mois de les obtenir.

 

MÛR:

Marco Schmidt de RIPE NCC a fait le point sur les propositions en discussion au RIPE classées en IPv6 le déploiement, les transferts de ressources Internet et l'utilisation hors région sont les suivants:

  • 2015-02: Gardez IPv6 PI lors de la demande IPv6 Allocation: la proposition vise à supprimer l'exigence selon laquelle une taille d'allocation sera basée uniquement sur les utilisateurs existants et permet la prise en compte de critères supplémentaires pour les organisations non-FAI avec IPv6 plans.
  • 2014-04: Suppression IPv6 exigence pour recevoir IPv4 espace de la finale / 8: La condition qu'un LIR doit avoir reçu un IPv6 bloquer avant de demander un IPv4 bloc de la finale / 8 est supprimé par cette proposition. La politique a atteint un consensus et doit encore être mise en œuvre par RIPE NCC.
  • 2015-01: Alignement des exigences de transfert pour IPv4 allocations: la proposition vise à aligner IPv4 les exigences de transfert d'espace avec une période de «détention» de 24 mois pour tous IPv4 des allocations telles que le LIR qui a transféré l'espace et le LIR qui l'a reçu ne peuvent pas transférer le même bloc dans un délai de 2 ans. Cela a été mis en place pour éviter les spéculateurs (sur le marché).
  • 2014-12: Autoriser IPv6 transferts: Cela permet de transférer IPv6 l'espace d'adressage au sein des membres / détenteurs de ressources du RIPE NCC.
  • 2014-13: Autoriser ASN Transferts: cette proposition permet de transférer des numéros AS entre les détenteurs de ressources RIPE NCC. Cette proposition ainsi que 2014-12 permet de transférer tout type de ressource dans les RIR NCC RIR.
  • 2014-05 : Inter-RIR transfert de ressources de numéros Internet: permet le transfert / échange de ressources avec d'autres RIRs qui ont des politiques de transfert compatibles (actuellement ARIN et APNIC). La mise en œuvre de cette proposition est attendue en août 2015.

 

Marco a déclaré qu'il n'y a pas de politique active ou de proposition dans RIPE qui restreint l'utilisation hors région, et a indiqué que dans le cadre de l'analyse d'impact pour la proposition 2014-05, le RIPE NCC n'enregistrera les ressources que si le réseau qui sera leur utilisation a au moins «un élément actif» situé dans la région de service RIPE NCC. Marco a déclaré que n'importe qui peut rejoindre le PDP RIPE NCC pour participer et peut librement fournir des commentaires si les politiques RIPE peuvent avoir un impact sur les opérations mondiales ou régionales d'Internet.

 

Ernest a indiqué que la plupart des propositions ci-dessus RIR Les régions semblent toucher à de nombreux aspects qui ont été discutés dans notre région auparavant et il serait utile que la communauté puisse considérer des propositions similaires pour une meilleure gestion des ressources numériques de notre région au cas où elles seraient nécessaires. Il a encouragé la communauté à accorder une attention particulière lors du rapport d'expérience sur la mise en œuvre des politiques pour les questions qui nécessitent une orientation politique et où ces politiques ont déjà été discutées ailleurs.

 

Les questions suivantes ont surgi de la salle pendant l'heure des questions:

  • Les deux propositions politiques (utilisation hors région des ressources AFRINIC pour les numéros Internet et réservation de ressources pour les points d'échange Internet) ne semblent pas avoir beaucoup changé depuis AFRINIC21; l'orateur souhaite savoir pourquoi on perd du temps à en discuter à nouveau. Plusieurs autres orateurs ont exprimé la même préoccupation.
  • Seun a indiqué que selon le PDP, les deux politiques sont encore très en discussion, jusqu'à un moment où elles sont soit retirées par les auteurs, soit si elles expirent dans le cas où elles n'auraient reçu aucune mise à jour dans 12 mois.
  • Une question a été posée sur la raison pour laquelle il n’existeRIR politique de transfert en cours de discussion. Seun a indiqué qu'il n'y a pas une telle proposition et que le PDP est là pour que quiconque dans la communauté le propose s'il le juge bon pour la région.

 

Session 2: 10h30 - 12h00

6.0 Proposition de politique: Utilisation hors région des ressources de numéros Internet AFRINIC (AFPUB-2014-GEN-002-DRAFT-02)

Avant de pouvoir présenter la proposition, Douglas Onyango a demandé si la session pouvait continuer à être dirigée par un coprésident, au lieu de deux, et a proposé que cela soit résolu avant de pouvoir continuer, comme une question de procédure.

 

Il y avait un accord général avec l'inquiétude de Douglas, et certains ont proposé qu'une des personnes présentes à la réunion qui connaît le PDP (et qui a peut-être agi comme coprésident auparavant) puisse agir comme deuxième coprésident, jusqu'à ce que le coprésident régulier - le poste de chaise est occupé plus tard dans la soirée. D'autres ont suggéré que peut-être l'élection des coprésidents du PDP pourrait être avancée dans le but d'avoir deux coprésidents.

 

Ernest a cité les dispositions du PDP dans les cas où il n'y a pas de président soit par absence soit par démission. Il a déclaré que le groupe de travail (membres de la communauté présents à la réunion) pourrait nommer un président pour la session si l'un des coprésidents ne pouvait pas se rendre à la réunion. Ernest a également déclaré que le même groupe de travail peut sélectionner un président pour terminer le mandat restant d'un coprésident démissionnaire, ce qui est également un point de l'ordre du jour prévu pour l'après-midi. Ernest a déclaré que le processus de sélection d'un président temporaire pour cette session (et / ou achever le reste du mandat d'Adam) peut être fait maintenant, et a appelé tous ceux qui souhaitent se porter volontaires (ou quiconque peut nommer un volontaire) à se porter volontaires.

 

Seun Ojedeji a reconnu et accepté la vue depuis le sol. Il a toutefois précisé que selon la directive du PDP, il n'y a AUCUN défaut de procédure dans le fait qu'un seul coprésident préside une réunion de politique publique et a également vu AFRINIC19 comme un exemple de ce qui s'est produit dans le passé. Alan Barrett a également réitéré certains des points soulevés par Seun. La nomination a alors commencé, dirigée par Ernest.

 

Andrew Alston et Hytham El Nakhal ont tous deux nommé Mark Elkins tandis que Christian Bope a nommé Barry Macharia à la fois comme coprésident temporaire pour la session et en même temps, le coprésident qui terminerait le reste du mandat d'Adam. Barry Macharia a accepté la nomination. Nii Quaynor a exprimé son service d'assistance à Barry pour remplir et compléter le reste du siège vide.

 

Ernest a noté que parce que Mark Elkins est membre du conseil d'administration, il est en conflit s'il devait servir en tant que coprésident du PDP en tant que membre du conseil d'administration. Les autres membres présents ont convenu que la nomination de Mark au poste de coprésident du PDWG est en effet un conflit. Le président du conseil d'administration d'AFRINIC a également convenu que Mark était en conflit.

 

Il a été proposé que s'il y a deux candidats à la coprésidence, et que l'un d'entre eux soit en fonction, les deux candidats peuvent maintenant pourvoir ces postes par défaut et les sessions peuvent se poursuivre. Ernest a indiqué que cette idée ne pouvait pas tenir puisque les élections de l'après-midi concernaient un mandat de coprésident qui se termine régulièrement, qui pourrait être remporté par l'un ou l'autre des deux candidats.

 

Ernest a invité Barry à dire quelques mots à la communauté pour évaluer sa capacité à faire le travail. Après le discours de Barry, un vote à main levée a été demandé à ceux qui pensent que Barry est capable de terminer le mandat d'Adam. Sa sélection à main levée a été unanime et Barry a été sélectionné pour terminer le mandat d'Adam et a été immédiatement appelé à coprésider les séances de la journée avec Seun.

 

La session ayant deux coprésidents, Douglas Onyango a été invité à reprendre sa présentation de la proposition «Utilisation hors région des ressources de numéros Internet d'AFRINIC» en tant qu'auteur. Il a notamment partagé les points saillants suivants de sa proposition:

  • Les politiques AFRINIC actuelles n'autorisent ni ne refusent explicitement l'utilisation hors région des ressources de numéros Internet. Cette proposition, si elle est ratifiée, permettra explicitement l'utilisation hors région des ressources de numéros AFRINIC.
  • Il vise à fixer une limite du pourcentage de ressources de numéros Internet pouvant être utilisé par un membre en dehors de la région de service AFRINIC en autorisant jusqu'à 40% des ressources utilisées à être en dehors de la région.
  • Il essaie également de décourager les organisations d'autres régions qui souhaitent acquérir des ressources d'AFRINIC pour une utilisation qui n'est pas conforme aux politiques et aux meilleurs intérêts d'AFRINIC.
  • L'auteur ne cherche pas à prolonger la durée de vie de IPv4 avec cette politique; cherche plutôt à garantir que les ressources numériques allouées / attribuées par AFRINIC sont utilisées par les membres de la région de service pour soutenir leurs opérations de réseau légitimes, quel que soit leur emplacement physique.
  • Lors de la ratification de cette politique, l'utilisation hors région des ressources numériques d'AFRINIC sera autorisée tant qu'elle sera précédée d'une utilisation dans la région.
  • Le personnel d'AFRINIC évaluera, à sa discrétion, la conformité et en utilisant tous les moyens disponibles.

 

Avant de répondre aux questions, Seun a profité de l'occasion pour souhaiter la bienvenue à Barry et lui a souhaité bonne chance dans l'exercice de ses fonctions, et a également remercié Adam pour le temps qu'il a pris pour faire du bénévolat pour la communauté jusqu'à ce qu'il ait dû retourner prématurément aux États-Unis pour prendre un nouvel emploi et être avec sa famille.

 

Seun a ouvert le débat pour les commentaires et les commentaires suivants ont été reçus des membres de la communauté présents (physiquement et à distance) après la présentation de Douglas:

  • Andrew Alston s'est fermement opposé à la proposition (comme il l'a fait lors de sa proposition initiale) au motif que le 40% est un nombre arbitraire sans base sur la manière dont il a été obtenu. Il a également indiqué que cette proposition stoppait la croissance des entreprises africaines souhaitant étendre leurs réseaux partout dans le monde à n'importe quelle échelle, principe étouffé par cette proposition car elles devraient se tourner vers le marché secondaire des adresses IP, qui serait une lourde charge financière pour le LIR.
  • Douglas a déclaré qu'en atteignant le nombre de 40%, on supposait qu'une organisation domiciliée en Afrique aurait la majeure partie de ses opérations de réseau et de ses clients en Afrique et, par conséquent, une plus grande partie des ressources numériques serait utilisée à l'intérieur plutôt qu'à l'extérieur de la région.

Les autres commentaires reçus étaient les suivants:

  • Les adresses IP de la région africaine doivent être utilisées en Afrique et aucune ne doit être autorisée en dehors de la région, c'est pourquoi l'orateur s'oppose à la proposition telle qu'elle est écrite. Si une entreprise africaine a un énorme client de plusieurs millions de dollars hors d'Afrique, les revenus de ce client peuvent justifier l'achat de ressources sur le marché secondaire.
  • La proposition ne limite pas vraiment l'utilisation extérieure de l'espace IP, car toute entité extérieure peut s'installer en Afrique juste pour obtenir l'espace et toujours l'utiliser en dehors de la région, c'est pourquoi l'orateur s'est opposé à la proposition.
  • AFRINIC devrait se concentrer davantage sur IPv6 déploiement. Il est inutile de s’accrocher et de prolonger la durée de vie IPv4 l'espace, car il ne sera finalement disponible qu'en Afrique et nulle part ailleurs, ce qui pourrait s'avérer sans valeur lorsque tout le monde aura adopté IPv6. Certains membres ont noté que IPv6 n'est pas encore réalisable car le service d'assistance CPE est encore faible.
  • AFRINIC a été créé pour soutenir et fournir des services à l'Afrique et aux opérations Internet africaines, et toute politique qui favorise l'utilisation de l'espace en dehors de la région sera opposée. Les adresses IP africaines doivent être utilisées en Afrique.
  • Il a été noté que pour migrer efficacement vers IPv6, il existe toujours un besoin IPv4 pendant la transition et vidanger cette IPv4 l'espace hors du continent, ce qui est crucial pour la migration vers IPv6 en quelque sorte, interrompt la transition vers IPv6. L'orateur s'est opposé à la proposition.
  • Il a été suggéré que chaque demande soit justifiée en fonction du besoin démontré, qu'elle soit utilisée dans la région ou à l'extérieur. En même temps, il y a RIRs (et marchés secondaires) desservant d'autres régions et s'il existe une demande qui a besoin d'espace à utiliser hors de la région, le PCI-2 a des recommandations qui RIRs desservent des régions particulières et c'est l'esprit à maintenir. De plus, le contrat de services d'enregistrement AFRINIC contient également des dispositions similaires.
  • L'esprit de la proposition de politique est bon tel qu'il est écrit; elle ne résout cependant pas le problème qu'elle tente de résoudre.
  • Toute proposition qui tente d'expatrier les ressources de l'Afrique hors d'Afrique devrait être rejetée, car cela a créé un mauvais précédent dans l'histoire de notre continent. Sur ce commentaire, Douglas a noté que la proposition ne consiste pas à expatrier des ressources en dehors de l'Afrique mais plutôt à permettre à de véritables opérateurs de réseaux IP africains d'utiliser l'espace d'adressage IP AFRINIC pour servir des clients hors région.
  • Il a été suggéré que s’il existe un registre mondial, le concept peut être appliqué dans le contexte de laRIR politique de transfert et prendre des dispositions pour transférer les 40% suggérés pour une utilisation hors RIR desservant cette région. Il est logique que le RIR l'emplacement des opérations devrait être celui qui enregistre ces ressources.
  • Un problème concernant l'application de la politique a été soulevé car il semble qu'il soit impossible pour l'AFRINIC d'appliquer une telle proposition même lorsqu'elle est ratifiée, en particulier pour les utilisateurs finaux. Ernest a précisé que la seule méthode d'exécution disponible consiste à utiliser ce que le LIR a enregistré dans le whois et que si le LIR enregistre une plage d'adresses IP auprès d'un pays africain mais l'utilise en dehors de la région, il n'y a aucun moyen pour AFRINIC de vérifier (basé sur whois enregistrements) que la ressource est utilisée en dehors de l'Afrique - ce qui pose un problème d'application. Il n'est pas non plus possible d'appliquer l'application aux utilisateurs finaux (espace PI) car aucune sous-délégation n'est enregistrée dans le whois base de données.

Après la clôture des commentaires et des questions de l'auditoire, les coprésidents ont déterminé qu'il n'y avait pas de consensus sur la proposition. Il revient donc à la liste de diffusion en ligne avec le PDP, pour de plus amples discussions.

 

 

7.0 Proposition de politique: Directives de service AFRINIC (AFPUB-2014-GEN-005-DRAFT-01)

L'auteur a retiré cette proposition le 02 juin 2015 (un jour avant sa discussion prévue).

 

Session 3: 16h00 - 17h30

8.0 Proposition de politique: Réservation de ressources pour les points d'échange Internet (AFPUB-2014-GEN-004-DRAFT-01)

Michuki Mwangi, l'un des co-auteurs de la proposition, a partagé les points saillants clés suivants de la proposition et a indiqué qu'il n'y avait pas eu de nouvelles mises à jour de la proposition depuis sa présentation à Maurice, mais a déclaré qu'il devait y avoir des gens à Tunis qui n'étaient pas à Maurice, d'où la pertinence et la nécessité de nouvelles discussions et perspectives.

  • Avec IPv4 épuisement au coin de la rue, il existe de nombreux IXP qui n'ont actuellement qu'un / 24 mais qui cherchent à se développer à l'avenir (pour leurs réseaux locaux d'appairage et d'administration / gestion).
  • Le LAN d'appairage au niveau des IXP est un espace de monodiffusion qui n'est pas acheminé globalement, mais qui est visible aux pairs, une situation unique aux IXP. Sinon, les IXP peuvent être utilisés comme points de transit vers les réseaux ISP si le LAN d'appairage a été routé globalement.
  • La proposition vise à réserver IPv4 espace et 2 octets ASNs bloque spécifiquement les IXP pour leur permettre de continuer à croître même lorsque ces ressources sont épuisées chez AFRINIC.
  • Ne pas avoir IPv4 des adresses pour faire croître ou démarrer de nouveaux IXP créeraient une complexité de routage inutile et inutile pour les réseaux connectés à Internet qui cherchent à homologue des IXP pour étendre leur réseau.
  • AFRINIC a déjà une politique existante d'allocation aux IXP mais cette politique ne réserve pas spécifiquement IPv4 un espace pour s’assurer qu’il y en aura, pour que les futurs IXP se développent et se développent. En plus de réserver IPv4 espace, cette proposition réserve un ensemble de 2 octets ASNs à utiliser par les IXP à utiliser sur les serveurs de routage BGP IXP.
  • Il est proposé de réserver un bloc / 16 pour les besoins futurs des réseaux locaux homologues IXP dans la région de service AFRINIC, et qu'AFRINIC publie ce bloc publiquement. Il est en outre proposé de réserver l'équivalent d'un bloc supplémentaire / 16 pour les préfixes de gestion IXP, distinct des réseaux locaux d'appairage.
  • Il est proposé que AFRINIC réserve un bloc de 2 octets ASNs à utiliser dans les serveurs de routage BGP des points IXP dans la région de service AFRINIC. Le nombre de ASNs à réserver doit être le plus grand de 114, ou la moitié des 2 octets restants ASNs au sein du bloc AFRINIC à la date de ratification de cette politique. AFRINIC affectera ces ressources selon le principe du premier arrivé, premier servi.

 

Les commentaires et questions suivants ont été reçus du public après la présentation de Michuki:

  • La proposition a reçu le service d'assistance de plusieurs membres de la communauté, certains indiquant que quelques autres RIRs ont une politique similaire, soit en phase de discussion, soit déjà mise en œuvre et utilisée.
  • Des commentaires ont été émis au sujet des numéros AS à 2 octets contre 4 octets - indiquant qu'AFRINIC n'a pas de 2 octets ASNs plus d'où la non-pertinence de la proposition. Ernest a indiqué qu'il n'y a pas de différenciation entre 2 et 4 octets ASNs, comme tous RIRs ont maintenant un octet 4 commun ASN et qu'il est possible que les auteurs aient fait référence à AS0-AS65536 dans le pool de 4 octets.
  • Commentaires sur la nécessité de considérer les IXP IPv6 ont été reçues, indiquant que les IXP devraient établir la priorité en ne réservant pas les numéros hérités et IPv6 et 4 octets ASNs. Michuki a déclaré que les IXP sont là pour connecter les réseaux hérités et non hérités, et que si un nouvel homologue prend uniquement en charge IPv4 ou 2 octets ASNs (comme cela peut être le cas dans un avenir prévisible dans notre région), l'IXP devrait tenir compte, et donc l'esprit de la proposition.
  • Certains membres ont suggéré d'étendre la proposition aux ccTLD et aux NREN. Michuki et Nishal ont déclaré que les IXP ont des besoins très spécifiques, comme déjà discuté, qui ne sont pas alignés sur les besoins des ccTLD, par conséquent, une proposition nouvelle et différente serait nécessaire pour répondre aux autres groupes d'intérêt qui souhaitent que leur réservation soit faite par AFRINIC.
  • Il a été suggéré de diviser les propositions, en avoir une spécifiquement pour IPv4 et un autre pour ASNs qui traite spécifiquement de l'ambiguïté 2 octets et 4 octets (pour l'aligner sur la politique AFRINIC). Certains membres ont déclaré que cela n'était pas nécessaire car cela retarde inutilement la proposition de 6 mois supplémentaires sans qu'aucune valeur significative ne soit réalisée.
  • Des modifications mineures ont été proposées et les auteurs ont accepté de procéder aux mises à jour en conséquence.

 

Après la clôture des commentaires, la consultation entre les coprésidents et l'appel à un «vote à main levée» pour évaluer le service d'assistance de la proposition telle qu'amendée par rapport à ceux qui pensent qu'elle devrait être renvoyée à la liste de diffusion, les coprésidents ont décidé qu'il était un consensus sur la proposition de politique, et qu'elle progressera dans la prochaine étape du PDP, qui est l'étape du «dernier appel».

 

9.0 Statut du document de politique consolidé

Ernest Byaruhanga a présenté le Manuel des politiques consolidées comme une initiative qui combine toutes les politiques actives en un seul document qui est facile à parcourir, à consulter et à mettre à jour. Le document a été présenté lors des 2 réunions précédentes où la communauté a recommandé que le draft être partagé avec le public pour commentaires et tous les commentaires doivent être consolidés dans une mise à jour draft pour approbation finale du Conseil.

 

Selon les informations dont disposent les coprésidents du PDWG, le document attend actuellement l'approbation du Conseil. Le président du conseil d'administration a indiqué que le document n'avait pas été reçu et a demandé aux coprésidents de le soumettre de nouveau au conseil aux fins d'examen et d'approbation. Cependant, le président du conseil d'administration a confirmé la réception du document et a indiqué qu'il sera discuté et examiné pour approbation lors de la prochaine réunion du conseil.

 

 

10.0 Rapport d'expérience de mise en œuvre des politiques

Madhvi Gokhool a partagé le rapport sur la mise en œuvre de la politique, qui contient un aperçu des différentes sections des politiques actuellement actives et comment AFRINIC les interprète et les met en œuvre à partir du contexte des problèmes auxquels AFRINIC est confronté lors du traitement des demandes lorsque ces politiques s'appliquent.

 

Madhvi a partagé les points saillants suivants:

  • Entreprises «offshore»: elles sont devenues nombreuses ces derniers temps et sont pour la plupart incorporées dans des économies où elles n'ont pas d'infrastructure, et leur statut juridique ne leur permettrait pas non plus de gérer des infrastructures ou des activités normales dans ces pays, notamment Maurice et les Seychelles. Il a été noté que ces sociétés demandent généralement d’énormes IPv4 blocs pour le déploiement en dehors de l'Afrique.
  • Allocations supplémentaires / subséquentes: un audit complet des ressources utilisées par le membre est effectué, en commençant par le routage de l'état de l'espace IP vers les données historiques qui peuvent être établies. Si les membres pensent qu'AFRINIC devrait procéder à des audits d'utilisation dans le cas contraire, les membres devraient fournir des commentaires appropriés.
  • La politique de l'utilisateur final (pour l'espace PI) exige que le demandeur initial montre l'utilisation actuelle de / 25 ou prouve qu'il utilisera la moitié de ce qui a été demandé dans les 3 mois. La plupart des petites entreprises ne satisfont pas aux besoins de justification de cette politique, car elles souhaitent le multi-logement et peuvent ASN.
  • Fusions et acquisitions: Il n'y a pas de politique active pour les fusions et acquisitions - à part un document «d'orientation» qui a été rédigé par le personnel d'AFRINIC, qui ne couvre pas de nombreux scénarios concernant les transferts internes. Plusieurs demandes de transfert interne sont en attente en raison du manque de politique pour guider AFRINIC sur la façon de les traiter. La communauté voudra peut-être rédiger une proposition révisée.
  • ASN stratégie: la stratégie nécessite le multi-hébergement (ou un plan pour le faire). AFRINIC vérifie avec les pairs fournis (par le demandeur) pour confirmation, bien que souvent, ces pairs ne reviennent pas à AFRINIC, retardant ainsi la demande. Certains ASN les demandes incluent un seul homologue BGP, ce qui les fait également rejeter.
  • RDNS: nous n'offrons pas de services rDNS, sauf si certaines attributions IP de clients sont enregistrées WHOIS base de données. Nous enseignons aux membres l'impact de cette proposition car certains d'entre eux ont vu leurs services interrompus.
  • Sous-allocations: Nous évaluons toutes les sous-allocations, sauf si le LIR a été autorisé par AFRINIC à effectuer des sous-allocations elles-mêmes.

 

Les commentaires et questions suivants ont été reçus à la suite de la présentation de Madhvi:

  • Liquid Telecom a effectué de nombreuses fusions et consolidations au cours des mois précédents, ce que AFRINIC a très bien géré, avec des félicitations.
  • AFRINIC devrait envisager une API REST pour whois base de données de telle sorte que les LIR qui souhaitent intégrer leurs systèmes de gestion d'adresses IP avec l'AFRINIC whois db peut facilement le faire.
  • Il a été noté qu'AFRINIC doit clarifier comment les demandes de Fusions et Acquisitions (M&A) en attente (dans la présentation de Madhvi) sont liées au fait qu'il n'y a pas de politique de M&A et de Transfert Interne pour guider AFRINIC dans leur traitement. Madhvi a indiqué qu'il y a une corrélation et que si la communauté ne vient pas avec une politique pour guider AFRINIC, la directive actuellement inadéquate sera toujours consultée.

 

11.0 Élection du PDWG

Boubakar Barry, président du Comité des candidatures 2015 (NomCom) a dirigé la session. Il a présenté les autres membres du NomCom, a remercié le Conseil pour l'opportunité donnée à NomCom de servir la communauté, a partagé le mandat du NomCom et a partagé le processus et les délais pour l'élection du coprésident du PDWG.

 

Boubakar a partagé les critères d'éligibilité au poste de coprésident du PDWG ainsi que les responsabilités des coprésidents. Il a indiqué que l'appel à candidatures avait été lancé le 03 mai 2015, la date limite pour les candidatures le 12 mai 2015 et la publication de la liste des candidats le 15 mai 2015.

 

Deux nominations ont été reçues et finalement deux candidats: Seun Ojedeji du Nigéria et Khaled Koubaa de Tunisie. Khaled Koubaa a envoyé un courriel au NomCom retirant sa candidature quelques heures avant cette élection, dans lequel il a indiqué son service d'assistance à Seun - laissant Seun le seul candidat pour le poste.

 

Boubakar a appelé Seun pour parler à la communauté pendant quelques minutes avant que la communauté puisse l'élire. Seun a remercié Khaled d'avoir montré un fort service d'assistance à sa nomination en retirant sa candidature et en exhortant la communauté à le soutenir. Il a déclaré qu'il continuerait de défendre les principes du PDP et de servir la communauté sans réserve comme il l'a fait.

 

Ernest a indiqué que l'élection du coprésident du PDWG se fait à main levée et par toute personne présente dans la salle. À main levée, Seun a été choisie à l'unanimité pour un mandat ultérieur de deux ans en tant que coprésident du PDWG.

 

 

12.0 Microphone ouvert

Les questions suivantes ont été soulevées lors de l'Open Policy Microphone:

  • Un membre a appelé la communauté à regarder attentivement Intra et Inter RIR politiques de transfert de IPv4 espace. La réalité est que les détenteurs d'héritage au sein du continent veulent transférer leur espace à d'autres organisations et en même temps, lorsque nous nous épuisons finalement, il pourrait y avoir une situation où les entreprises AFRINIC veulent recevoir de l'espace d'autres organisations à la fois dans et hors de la région . Bien qu'il y ait une impression qu'AFRINIC dispose encore de suffisamment d'espace, il pourrait falloir quelques grosses demandes dans les grandes économies pour épuiser tout l'inventaire d'AFRINIC.
  • Il a été observé que la communauté semble opposée aux politiques de transfert car elles semblent être motivées uniquement par la base des gains monétaires et le drainage des ressources du continent. Si de telles politiques peuvent être rédigées à partir du contexte d'autres avantages qui pourraient être obtenus par la communauté, peut-être que la communauté les adoptera davantage.
  • Les gouvernements étant les plus gros dépensiers dans la plupart des économies africaines, il est important de les impliquer dans le PDP AFRINIC, car ils pourraient prendre en interne des décisions, telles que la création de registres nationaux de propriété intellectuelle, auxquels AFRINIC devra de toute façon se conformer. Ernest a indiqué qu'il y a eu des initiatives pour dialoguer avec les gouvernements dans le contexte de notre travail, comme l'AfGWG, qui se réunit à chaque réunion AFRINIC. Le PDP est cependant ouvert et rien n'empêche les gouvernements de participer.
  • Un membre a suggéré que l'AfGWG est une excellente initiative et que l'AFRINIC pourrait la revitaliser en examinant ce qui ne fonctionne pas et en le faisant mieux fonctionner, afin qu'il puisse y avoir plus de dialogue et de participation des gouvernements.

 

13.0 Ajournement

Les coprésidents remercient tout le monde pour leur participation active et ajournent la réunion à 1830 h XNUMX, heure locale à Tunis.

Résumé de l'état d'avancement des propositions discutées
Utilisation hors région des ressources de numéros Internet AFRINIC Pas de consensus
Réservation de ressources pour les points d'échange Internet Consensus
Dernière modification le -
Date et heure à Maurice -