Info! Please note that this translation has been provided at best effort, for your convenience. The English page remains the official version.

AFRINIC-19 | Procès-verbal de la réunion du PDWG

Print Friendly, PDF & Email

:

Abidjan, Côte d'Ivoire

Président:

  • Seun Ojedeji (Université fédérale d'Oye-Ekiti / Nigéria)

Scribe:

  • Ernest Byaruhanga (AFRINIC / Ouganda)

 

Ordre du jour de la session

Session 1: 29 novembre 2013
1430 - 1600
 
1.1 Le processus d'élaboration des politiques Seun Ojedeji
1.2 État des propositions de politiques et des politiques en cours de discussion Seun Ojedeji
1.3 Résumé des propositions dans d'autres régions Ernest Byaruhanga
1.4 Proposition AFPUB-2013-GEN-001: Académique IPv4 Allocation Dimanche Folayan
Session 2: 29 novembre 2013
1230 - 1330
 
2.1 «Manuel de politique des ressources» proposé Ernest Byaruhanga
2.2 Microphone ouvert Seun Ojedeji

 

Séance 1:29th Nov. 2013, 1430 - 1600

    1. Le processus d'élaboration des politiques

Seun Ojedeji, coprésidente du PDWG, a souhaité la bienvenue aux participants à la réunion de politique publique d'AFRINIC18, a examiné l'ordre du jour détaillé des sessions politiques et a présenté le PDP de la région AFRINIC. Il a également noté qu'Emile Milandou (l'autre coprésident) ne s'était pas rendu à Abidjan en raison de circonstances indépendantes de sa volonté.

Il a mentionné que n'importe qui peut soumettre une proposition, l'afficher sur la liste «rpd» pour des discussions qui ne durent pas moins de 4 semaines avant qu'elle ne soit présentée lors d'une réunion en face à face où, s'il y a consensus, les coprésidents du PDWG transmettent le proposition d'une période d'examen du dernier appel d'une durée d'au moins 2 semaines. S'il n'y a pas de consensus, la proposition retourne à la liste de diffusion où les auteurs peuvent peut-être travailler sur des versions révisées des propositions en fonction des commentaires reçus ou les retirer entièrement. La proposition, après un dernier appel réussi, est envoyée au conseil d'administration pour ratification et à AFRINIC pour mise en œuvre.

Seun a déclaré que tout le monde peut s'abonner à la discussion sur la politique des ressources (Cette adresse e-mail est protégée du spam. Vous devez activer Javascript pour la voir.) liste de diffusion et participer aux discussions sur les politiques, indépendamment de leur emplacement ou de leur affiliation.

    1. État des propositions de politiques et des politiques en cours de discussion

Seun Ojedeji a mis à jour la réunion sur les propositions qui avaient été discutées depuis AFRINIC18, et leur statut respectif. Il note que les propositions suivantes ont été approuvées lors du dernier appel et ont depuis été ratifiées par le Conseil d'administration d'AFRINIC:

  • AFPUB-2013-V6-001: Supprimer l'exigence d'annoncer la totalité du bloc v6

  • AFPUB-2012-V4-001: Affectations Anycast dans la région AFRINIC

  • AFPUB-2012-DNS-001: aucune inversion sauf affectation

Seun a indiqué que la date de mise en œuvre de ces propositions de politique par AFRINIC devrait être vers la fin de janvier 2014 selon les directives du processus d'élaboration des politiques. Il a également déclaré que la seule proposition de politique à discuter lors de cette réunion serait AFPUB-2013-GEN-001 (Academic IPv4 Allocation) et attend avec intérêt des discussions saines quand il sera présenté par son (ses) auteur (s).

 

    1. Résumé des propositions dans d'autres régions

Ernest Byaruhanga a parlé des propositions de politique qui ont été récemment approuvées et des propositions qui sont activement en discussion dans les communautés respectives de l'autre RIR les régions.

    1. Proposition AFPUB-2013-GEN-001: Académique IPv4 Allocation

Dimanche Folayan, l'un des auteurs de la proposition, l'a présentée à la réunion. Les commentaires suivants ont été reçus:

  • S'exprimant en tant que président du conseil d'administration d'AFRINIC, Badru Ntege a noté qu'il existe des règles existantes dans les politiques actuelles qui correspondent aux exigences de la plupart des EES pour demander et acquérir IPv4 adresses sans avoir à coder en dur les rapports qui sont proposés.

  • Il a également été noté que, bien qu’AFRINIC ait apparemment de IPv4 adresses dans son inventaire, cette proposition semble suggérer une méthode très mauvaise et irréfléchie pour se débarrasser de ces adresses.

  • Certains ont noté que les étudiants étant l’avenir de notre communauté, nous devons envisager de numéroter les EES IPv6 au lieu de IPv4, afin que les élèves puissent penser et travailler avec une technologie plus durable, au lieu de l'ancienne et mourante (IPv4).

  • Un commentaire a été soulevé sur les problèmes exacts que cette proposition tente de résoudre concernant les pratiques actuelles avec lesquelles les demandes des EES sont évaluées.

  • Certains membres ont posé des questions sur l’impact IPv4 aborder le taux de consommation lorsque cette proposition sera mise en œuvre, car de nombreuses universités sur le continent n'ont pas encore d'infrastructure pour soutenir le personnel et les étudiants, et donc, peut-être ne consommeront-elles pas autant, même si la proposition est adoptée.

 

L'auteur a réitéré qu'il pense que les EES sont spéciaux, car ils sont chargés de former la génération future, et qu'ils ont donc besoin de soins et d'attention particuliers. Il a mentionné que les IXP sont considérés comme des infrastructures essentielles et qu'ils obtiennent des ressources sans frais, et la même chose peut être appliquée aux EES. Il a déclaré que l'importance des EES a déjà été reconnue par AFRINIC car ils bénéficient déjà de 50% de réduction sur les frais d'adhésion.

 

Il a en outre déclaré que de nombreuses grandes initiatives qui sont devenues de grandes entreprises, comme Facebook et Google, sont des projets dérivés d'étudiants, et que l'investissement dans les EES n'est pas du tout un gaspillage.

 

Sur l'impact sur le IPv4 aborder la consommation après la mise en œuvre de la proposition, l'auteur a déclaré que la détermination de l'utilisation et de la consommation est subjective, car certaines institutions n'ont pas encore demandé de ressources, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'elles n'ont pas besoin d'adresses IP.

 

Un membre a déclaré qu'en Chine, il connaissait une université comptant 40,000 5000 étudiants, mais ayant environ XNUMX XNUMX adresses IP, et que les adresses étaient adéquates pour l'université. Une autre membre a indiqué qu'elle avait demandé IPv4 s'adresse récemment à son université, et qu'elle était très satisfaite de la façon dont AFRINIC a reçu et évalué sa demande, et elle ne pense pas qu'il y ait un problème dans le processus actuel qui doive être changé. Elle a déclaré que le processus était simple et que la réponse était rapide. Elle a poursuivi en déclarant que, selon son expérience, tout EES qui voulait IPv4 les adresses les obtiendront, et elle n'est pas convaincue que cette proposition résout un problème car il n'y en a en fait pas et que, au contraire, cela peut créer des problèmes à la place.

 

Certains membres ont laissé entendre que les discussions en ligne donnaient l'impression qu'il était difficile pour les EES d'obtenir des ressources d'AFRINIC, où AFRINIC demande peut-être trop de détails et semble ne pas comprendre pleinement les plans de réseau fournis par les EES. Il a été suggéré que ce sont des problèmes qui peuvent être résolus en interne grâce à la formation du personnel ou à des changements de processus, plutôt qu’à une modification IPv4 .

 

Des inquiétudes ont également été exprimées quant à la possibilité que les EES IPv4 adresse l'espace dans le cadre de cette politique une fois ratifiée et échangez ces adresses en dehors de la région pour d'énormes gains monétaires.

 

Certains membres se sont explicitement opposés à la nécessité de coder en dur la population IPv4 traiter les ratios, car cela conduit au gaspillage, et a déclaré que la région n'est pas prête pour une telle proposition. En réaction, le président a demandé à AFRINIC de fournir des statistiques approximatives sur l'impact de la réduction de la consommation si cette proposition devait passer.

 

Un membre a noté que la proposition semble manquer de service d'assistance de la communauté des institutions universitaires et a appelé les personnes présentes et concernées à se manifester et à défendre / soutenir la proposition.

 

En réaction, l'auteur a en outre fait les remarques suivantes:

  • La proposition a été co-écrite par deux personnes, dont Andrew Alston qui travaillait pour Ubuntunet Alliance qui représente un certain nombre d'établissements d'enseignement. La proposition a été très bien soutenue par les institutions académiques lors de la réunion AFRINIC18 à Lusaka, Zambie.

  • L'idée d'une adresse IP par appareil et par personne ne tient pas et l'auteur a mis au défi le personnel informatique en charge du réseau lors de la réunion de faire un décompte du nombre de personnes réellement présentes à cette réunion par rapport à celles actuellement utilisées. IPv4 adresses pour confirmer son ratio suggéré.

  • Si la communauté n'est pas à l'aise avec les ratios, le draft peut indiquer ce qu'un établissement d'enseignement supérieur peut acquérir sans justification.

 

Le personnel d'AFRINIC RS a précisé que le processus d'évaluation examine les plans appropriés de prise en compte de la PI en tenant compte des besoins immédiats et de ceux pour les 12 prochains mois par la politique, et s'il existe une infrastructure pour soutenir le nombre de IPv4 adresses requises. Sur la rapidité avec laquelle IPv4 le pool de ressources serait épuisé si la proposition était adoptée, il a été déterminé qu'environ 2.5 / 8 s seraient consommés immédiatement à la suite de l'adoption de cette proposition.

 

Un autre membre a déclaré que son EES avait demandé un / 18 et que celui-ci avait été accordé, et dans l'évolution, lorsque les besoins augmentaient, il était retourné à AFRINIC pour en demander davantage, et il a été accordé. Il a déclaré que d'après son expérience, il ne semble pas y avoir de problème de politique pour les EES, par conséquent, il n'est pas nécessaire pour le moment de proposer cette proposition.

 

Après avoir analysé les discussions lors de la réunion, le président a déterminé qu'il n'y avait pas de consensus sur la proposition et qu'elle retournait à la liste de diffusion pour une discussion plus approfondie.

 


 

Séance 2:29th Nov. 2013, 1230 - 1330

 

Le président a commencé la session un peu plus tôt que prévu et s'est excusé pour cela. Il a mentionné que cela était dû à une réorganisation de l'ordre du jour par l'équipe de la réunion.

    1. «Manuel de politique des ressources» proposé

Ernest Byaruhanga a déclaré que le Manuel de politique des ressources est un document unique proposé qui contiendra toutes les informations actuelles sur la politique des ressources de numéros Internet. Il a déclaré qu'il existe déjà un draft qui a été produit par le personnel d'AFRINIC, et que ce travail est similaire au «NRPM» (Number Resource Policy Manual) d'ARIN, et ne change en rien les politiques actuelles, mais plutôt les combine en une source facile à lire.

Les étapes suivantes pour la mise en œuvre du manuel de politique des ressources ont été proposées:

  1. Présentation à la communauté (fin novembre 2013)

  2. Appel public à commentaires sur la première draft (Fin décembre 2013)

  3. Compilation de tous les commentaires reçus, incorporation des modifications pertinentes (fin janvier 2014)

  4. Recommandation finale draft au Conseil pour «approbation». (Fin février 2014)

  5. Approbation et mise en œuvre (fin mars 2014).

 

Ernest a en outre réaffirmé qu'aucune modification des politiques existantes n'a été apportée et que ces politiques existantes n'ont été combinées qu'en un seul document, pour faciliter la recherche, la référence et la mise à jour, et que toutes les futures propositions de politiques, après la mise en œuvre du manuel, être reflété comme des modifications aux sections du manuel.

 

Il a ajouté que la numérotation des propositions de politique reste inchangée et que pour modifier une section du manuel, une proposition de politique doit indiquer quelle section et clause explicite seront affectées. Il a également noté que tous les documents de politique précédents seront archivés, pour référence future.

 

Il a été noté que le Conseil approuvera le manuel final draft et une annonce sera envoyée à la communauté. Dans le même temps, des directives de mise à jour manuelle seront incorporées dans le processus d'élaboration des politiques le cas échéant et publiées en ligne.

 

Certains membres ont noté que dans le document actuellement publié draft, des sections du "IPv4 Politique d'atterrissage en douceur »sont absents. On craignait également que l'ensemble du processus passe par le PDP comme une proposition de politique ordinaire. AFRINIC a noté que le draft n'est pas encore annoncé et qu'une fois la finale draft est prêt, il sera annoncé selon le calendrier déjà mentionné.

 

    1. Microphone ouvert

Seun Ojedeji a ouvert la parole aux commentaires de la communauté sur toute question politique. Le point suivant a été soulevé:

  • Détenteurs de ressources héritées - certains membres ont noté qu'AFRINIC pourrait envisager des incitations pour que les 400 détenteurs de ressources hérités et plus paient quelque chose pour le service qu'AFRINIC leur offre, qui est la conservation de leurs données de ressources dans le whois base de données. Il a également été suggéré qu'un accord tel que le RSA Legacy d'ARIN pourrait être proposé pour les détenteurs de ressources héritées.

  • D'autres ont noté qu'il est important que le registre reste à jour, et cela devrait être privilégié plutôt que de forcer les organisations héritées à payer pour le service.

  • Concernant le type d'informations (et de détails) que AFRINIC demande aux demandeurs de ressources, il a été noté que certains pays ont des lois concernant la confidentialité et qu'il serait illégal dans ces pays qu'une entreprise fournisse des détails sur ses clients à AFRINIC, et que pour contourner ce facteur, AFRINIC doit établir un certain niveau de confiance avec ses candidats.

  • Utilisation des ressources hors région (en particulier pour IPv4 a été discutée, et la question de la création de nombreux opérateurs en Afrique pour servir les clients internationaux, IPv4 adresses utilisées en dehors de l'Afrique. Certains ont noté que c'était en fait une bonne chose et qu'il était difficile de déterminer de manière réaliste ce qui compte comme une utilisation hors de la région, car n'importe qui peut faire des affaires n'importe où, même si des ressources ont été attribuées à une entreprise de la région.

Dernière modification le -
Date et heure à Maurice -